Question de recherche : comment un jeune peut-il s’enrôler dans un groupe armé ?

Auteur : Boubou Diallo, Sociologue, Etudiant à LMI-MaCoTer

Introduction

Cet article décrit une partie du parcours d’un jeune de 25 ans, de sa déscolarisation à son enrôlement dans un groupe auto-défense. Il est le résultat d’un entretien tenu en janvier 2017 au camp d’un groupe d’auto-défense, dans le cadre d’une étude réalisée par Mercy Corps et ThinkPeace[1], de janvier à septembre 2017. Au cours de cette étude à Gao, notre intérêt s’est porté sur ce jeune, à cause de son histoire et de son parcours. Son pseudonyme est Amha. 

La région de Gao est tombée sous la coupe des groupes dits islamistes et indépendantistes en mars 2012. Les populations de cette région ont alors été isolées pendant plusieurs mois. Dans la sphère publique, l’effet de la présence des groupes islamistes étaient visibles : femmes voilées, hommes en boubou, interdiction de la cigarette, pas de rencontres mixtes, activité économique limitée… L’accès aux structures étatiques, aux écoles républicaines et aux lieux de distractions a également été interdit.

Les jeunes, par leur vulnérabilité, sont considérés dans les communautés comme des acteurs de mobilisation. En 2016, un rapport publié par Interpeace et Imrap, affirme que « les jeunes sont des acteurs à part entière des dynamiques de violence et ils exercent leurs propres choix – même si ces choix sont souvent limités et/ou définis par le contexte[2]».

Afin d’essayer d’affronter cette vulnérabilité et ce contexte d’insécurité entraînés par la présence des groupes islamistes et indépendantistes, des groupes d’auto-défense ont été créés, notamment pendant la crise. Ils se sont donné comme objectif la protection de leurs communautés. Le recrutement de jeunes est essentiel afin d’augmenter le nombre d’alliés/de combattants et leur influence aux yeux des acteurs nationaux et internationaux.

Certains jeunes de la région de Gao, résidents dans d’autres villes ont ainsi abandonné leurs activités, ainsi que leurs études pour rejoindre les groupes armés non gouvernementaux dans l’idée de protéger leur famille, leur communauté. Il s’agit aussi pour certains désormais d’avoir peut-être la chance d’obtenir, par cet enrôlement post-crise, un emploi stable dans la mise en œuvre du plan de Désarmement, Démobilisation et de Réinsertion, dit plan de DDR[3].

Pour mieux comprendre les voies qui mènent les jeunes à rejoindre les groupes armés, ainsi que les facteurs qui permettront à d’autres jeunes de résister à la violence, Mercy Corps et ThinkPeace ont mené une étude de janvier à septembre 2017. Nous présentons le parcours d’Amha suite à cette recherche.

Amha

Nous avons été en contact avec Amha grâce au concours de son Colonel Major de camp qui est le Représentant du groupe auto-défense B. à Gao.

B. est une milice songhaï et peule fondée en 2009. Elle s’oppose aux indépendantistes du Nord Mali et elle est issue d’une scission avec un autre groupe d’autodéfense plus ancien.

Nous étions en binôme lors de la rencontre, tous formés et outillés par Mercy Corps et ThinkPeace. L’entretien s’est tenu dans un espace aéré, sous un hangar de 10 m2. Les combattants, composés de plusieurs groupes ethniques dont les Songhaï, Bambara, Malinké, Peuls, etc., étaient en en majorité natifs des régions du sud-est. Certains venaient juste d’intégrer le mouvement armé et d’autres étaient des anciens combattants des groupes milices de la région. Ils animaient la cour du camp. Lors de l’entretien, Amha était discret et moins flexible que d’autres dans ses réponses à nos premières questions.

Les discussions étaient très simples au départ. Habillé en tenue militaire sans galon, cheveux taillés, Amha incarnait et maîtrisait son rôle, ce qui se voyait dans son comportement, ses regards, et sa manière de répondre. Malgré son jeune âge, nous sentions en lui un militaire formé, expérimenté et dévoué. Nous avons peu à peu gagné sa confiance et Amha a alors clarifié son processus d’adhésion, le mode de fonctionnement du groupe B., et ce malgré un contexte peu propice aux confidences.

Situation sociale d’Amha avant 2012

Amha est un jeune orphelin de 25 ans, originaire du village de S., ancien Secrétaire Général d’une association d’étudiants. Il est un membre actif du groupe B. Il a décidé d’abandonner la classe de terminale en 2012 pour rejoindre les groupes armés. De simple soldat au début, il est devenu en quelques années le Commandant de compagnie de son groupe, ayant pour rôle la conduite des missions de terrain à Gao, Ménaka, Kidal, Tombouctou et Taoudéni.

Plusieurs localités de la région de Gao, particulièrement le cercle d’Ansongo, ont connu l’enrôlement de jeunes dans des groupes d’auto-défense. Amha fait partie des jeunes enrôlés dans ce cercle. Premier fils d’un berger, il grandit dans son village natal « S. » avec ses parents et rejoint sa tante à Bamako après le décès de son père afin de poursuivre ses études : « J’ai grandi avec mes parents. Mon père était un éleveur, je l’ai perdu à l’âge de 6 ans. Ensuite, j’ai été adopté par ma tante, une enseignante monitrice dans une école publique à Bamako. Elle s’est occupée de mon éducation pour le meilleur ».

A 13 ans, le jeune décide d’abandonner les études après l’obtention du Diplôme d’Etude Fondamentale -DEF- pour dédier son temps à la préservation de l’héritage de son père afin de mieux subvenir aux besoins de la famille. Il développe ainsi des réseaux de protection au sein de sa communauté pour mieux sécuriser son bétail contre les razzias. A 15 ans, sa tante paternelle, enseignante du fondamental, l’amène à Bamako pour le scolariser dans un lycée privé en établissant un nouveau dossier et l’orienter plus tard dans un lycée public. Il entretient des relations et devient influent dans son entourage, « plus de 50 jeunes dynamiques me fréquentaient. J’étais sollicité pour participer à des rencontres des jeunes, qu’elles soient au niveau des établissements du quartier ou de la commune ».

Processus d’adhésion par les pairs

 « L’occupation de la région de Gao en 2012 m’a frustré, ma communauté a été abandonnée, et marginalisée » témoigne Amha en février 2017.

En 2012, quand la région de Gao a été occupée par les groupes indépendantistes et « islamistes », Amha abandonne sa classe de terminale en sciences pour rejoindre ses pairs à Gao, sa ville natale.

« Quand j’ai appris que la ville de Gao était sous l’occupation, j’ai déchiré mon cahier et j’ai dit à mon professeur que je retourne dans ma communauté pour protéger ma famille. Je me sentais inutile à Bamako et je voyais plutôt me battre auprès de mes pairs afin de protéger ma région et sauvegarder la dignité de ma communauté ».

A son arrivée, il rejoint le groupe armé A. ,grâce à un ami d’enfance qui en faisait partie. Cela se fait après des échanges téléphoniques et des rencontres physiques avec les chefs du groupe afin de convenir des modalités d’intégration.

Six mois plus tard, il trouve son groupe de moins en moins dynamique et proactif et décide de joindre un deuxième groupe, le B., le 11 avril 2012 :

« J’ai entendu parler du groupe à travers mes amis au début, quelques temps après les chefs du groupe m’ont approché pour que je sois avec eux et les avantages que je pourrais avoir au sein du groupe et le respect aux yeux des décideurs de la ville. J’avais 21 ans à l’époque. Au début, j’ai limité mes relations amicales et professionnelles au sein du groupe pour être accepté et avoir la confiance des chefs et mes compagnons ».

Amha explique être attiré par le système de fonctionnement et le slogan du groupe B. : « Protéger et sécuriser la communauté de la région de Gao, on s’engage ». Pour lui, ce groupe était un exemple à suivre, car non seulement il défendait valablement les causes de la région, et en particulier sa commune, mais aussi il traquait les bandits qui violaient les femmes et enlevaient le bétail. « Ce groupe protège les communautés et leurs biens contrairement à d’autres qui se sont spécialisés dans les braquages, les viols des femmes vulnérables et la destruction des espaces publics », affirme Amha.

Amha, en tant que membre actif, a occupé le poste du Secrétaire Général à son adhésion, puis est ensuite devenu Magasinier et Chef de mission avec le titre Commandant de compagnie. Avec l’opportunité d’adhésion au Mécanisme Opérationnel de Coordination (MOC) ou de l’armée reconstituée, il espère pouvoir monter en grade.

Les groupes d’auto-défense, une professionnalisation para militaire

Au départ, l’adhésion dans ces groupes armés est volontaire, elle semble presque spontanée. Plusieurs jeunes ont adhéré pour un intérêt et des besoins spécifiques ad hoc (avoir de l’argent, être militaire, protection de la famille, avoir un emploi stable, etc.). A l’origine, les groupes sont communautaires.

Les combattants, majoritairement jeunes, sont composés des personnes engagées du village et des communes environnantes. Lors du séminaire général du Laboratoire Mixte International(LMI) MaCoTer[4],Boukary Sangaré, anthropologue et spécialiste des groupes d’auto-défense, a expliqué dans son discours que les groupes d’auto-défense étaient plutôt constitués de populations non « nobles », car les nobles traditionnels étaient plutôt liés à l’Etat.

Les nouvelles recrues dans ces groupes ont bénéficié de formations paramilitaires pour apprendre à manier les armes, les grenades, connaître les techniques de patrouille et de combat. Leurs premières tâches de responsabilité consistent à sécuriser leur base, faire des patrouilles et escorter les personnes et les marchandises.

Ils ont construit, à partir de ces expériences, un réel savoir-faire militaire local, professionnel et ancré dans une localité et ses réseaux de sociabilité. Un groupe témoigne alors de son dynamisme par sa capacité à attirer des nouvelles recrues mais également à fidéliser les recrues formées.

Dans la convention d’adhésion dans ces groupes armés, il est bien clair que les combattants ne bénéficient pas de salaire mensuel. Ils reçoivent toutefois des « encouragements » s’il y a des revenus de missions ou des dons. Ils seront intégrés dans l’armée régalienne avec le même grade en cas de cantonnement[5]. La plupart des combattants de ces groupes d’auto-défense gagnent leur vie à travers un travail journalier, les dons lors des patrouilles et des escortes des marchandises des grands commerçants. Hommes et femmes se retrouvent dans ces groupes mais les hommes s’occupent de la sécurité et les femmes de la cuisine, ainsi que du partage d’informations. Certains groupes d’auto-défense sont également parfois accusés d’enrôler des mineurs dans leurs troupes.

Conclusion

Ahma, dans son parcours, montre que les groupes d’auto-défense ont été pour lui une opportunité à la fois politique et économique, mais l’élément clé de son engagement a d’abord été moral. Naviguant entre les groupes, il s’est ensuite construit une carrière para militaire qui trouvera éventuellement son aboutissement dans le MOC.

Bibliographie

Gouvernement du Mali, 2015, « Accord pour la paix et la réconciliation, issu du processus d’Alger ». 30 pages

Imrap et Interpeace, 2016, « Au-delà de l’idéologie et de l’appât du gain: trajectoires des jeunes vers les nouvelles formes de violence en Côte d’Ivoire et au Mali ». 78 pages

Mercy Corps et ThinkPeace, 2017, « Nous espérons et nous nous battons ».29 pages. https://www.mercycorps.org/sites/default/files/2020-01/Mercy%20Corps_Mali_Nous%20Esperons_Rapport_Francais%20Sept%202017_0.pdf , consulté le 01-03-2020

SANGARE B., 2019, « La gouvernance des Groupes Armés Non Étatiques (GANE) dans le centre du Mali : suppléance ou substitution à l’Etat ? ». Intervention au séminaire général du LMI MaCoTer sur la suppléance vs gouvernance II.


[1]« Comprendre les voies qui mènent les jeunes à rejoindre les groupes armés, ainsi que les facteurs qui permettent à d’autres jeunes de résister à la violence dans les régions de Mopti, Tombouctou et Gao »

[2]Imrap et Interpeace, 2016. « Au-delà de l’idéologie et de l’appât du gain : trajectoires des jeunes vers les nouvelles formes de violence en Côte d’ivoire et au Mali ». 78 pages

[3]Politique stipulée dans l’Accord pour la paix et la réconciliation signé à Alger en 2015 entre le gouvernement et Mouvements Signataires en vue de promouvoir la paix, la sécurité, le développement local et la cohésion sociale.

[4]« La gouvernance des Groupes Armés Non Étatiques (GANE) dans le centre du Mali : suppléance ou substitution à l’Etat ? » en 2019

[5] Le cantonnement signifie le stationnement des groupes.

Parole de jeunes : grossesse et changement de statut – paroles de filles-mères

Contexte

La situation des « filles-mères » est apparue très tôt dans notre recherche à Sonsorobugu, quartier périphérique de Mopti. La question de la sexualité des jeunes est continuellement posée par les habitants, comme un risque, un danger, le résultat d’un comportement débridé, mis en lien avec l’insalubrité du quartier. Il est vrai que les contacts entre jeunes filles et garçons sont nombreux dans ce quartier où la rue la plus large ne dépasse pas deux mètres. Les nombreuses « chambres des garçons[1] » rendent également possible une expérience sexuelle précoce.

Nous avons discuté avec sept filles-mères. Sur ces sept jeunes filles, l’une n’a pas souhaité parler de ce sujet, encore trop douloureux. Nous présentons ici les paroles de quatre d’entre-elles qui ont accepté d’aborder de manière plus approfondie leur expérience : Sutura (18 ans), Fanny (16 ans), Bijou (16 ans), Binta (19 ans). Une seule jeune fille a pu continuer l’école sur les sept, deux ont dû arrêter à cause de leur grossesse, faute de financement de la part de leurs proches.

Le temps de la grossesse

Sutura, 18 ans :

«Avant mon accouchement, je m’occupais de moi-même. Pendant ma grossesse, je n’ai pas eu trop de problèmes. En dehors des fièvres passagères je n’ai pas eu de problème. Mais dans la famille, je ne m’entendais pas avec les parents. C’est à cause de la grossesse qu’on ne s’entendait pas. C’était avec ma mère et mon père. Et c’est lorsque je suis allée au centre de santé avec maman qu’il a été établi que je suis enceinte. C’est en ce moment que ma mère a compris. Avant qu’ils ne connaissent le père de l’enfant, je le cachais. Quand ils m’ont coincé, j’ai dit la vérité. Et c’est là qu’elle a arrêté de faire des reproches. Moi-même j’avais honte, je ne sortais pas. Parce que je ne voulais pas tomber enceinte. Mais c’est la volonté de Dieu. Le père de l’enfant quand même savait qu’on allait avoir un enfant. On n’en avait pas parlé. Et c’est lui-même qui a dit que j’étais enceinte mais je ne savais pas. Quand je suis tombée enceinte, j’ai fait cinq mois de CPN[2] mais je ne suis plus allée pour la suite »[3].

Si Sutura est tombée enceinte dans une relation libre, le cas de Binta est différente, car ses parents avaient accepté les premiers colas[4] de fiançailles. Binta est tombée enceinte de son petit ami, un autre homme qui n’était pas le fiancé prévu par ses parents :

«  Lorsque j’étais en 7ème année[5]un homme voulait me marier. Ils ont partagé la cola et le sel. Dieu a fait que je suis tombée enceinte quand j’étais en 9ème année. C’est en ce moment que mon père a dit qu’il ne va plus payer mes frais de scolarité et qu’il ne prendra aucune de mes dépenses en matière d’études. C’est la raison pour laquelle j’ai abandonné. Depuis que j’ai eu l’enfant, il (le père[6]) n’a ni donné le prix du savon, ni du lait[7]. C’est ma mère qui donne l’argent ou bien lorsque moi-même je gagne quelques francs j’achète le savon et le lait. C’est avec cela que j’achète les habits. Ma mère aussi achète les habits. Mais lui-même, on l’appelle en vain. Le jour où on tombe sur lui aussi, il n’a rien de bon à dire »[8].

Quant à Fanny, elle non plus ne s’entend plus avec ses parents depuis qu’elle est tombée enceinte :

« J’avais 14 ans lorsque je suis tombée enceinte. Pendant ma grossesse, je partais faire les CPN, les échos et la prise de sang. Je suis allée pendant les 9 mois. C’est son père[9] qui a payé tous les frais. Pendant ce temps, je ne m’entendais pas avec les membres de la famille. Surtout entre les parents et les aînés. Ils étaient frustrés. Tu sais qu’ils n’étaient pas contents et on ne peut pas parler d’entente en ce moment. Ils me disaient des propos qui me faisaient mal. Ils me rabaissaient, ils m’insultaient, pas de causerie, pas de sortie, rien du tout ! Tout le temps la mine serrée, c’est comme si le monde était arrêté en ce moment. Je voyais qu’ils m’aimaient avant la grossesse. Mais depuis que je suis tombée enceinte, on ne s’entendait plus. Mon grand frère ne me parlait pas. C’est récemment qu’il a commencé à me parler. Il est à Bamako, il vient de terminer ses études. Mais je mangeais, je dormais, je me lavais, je faisais mes trucs, mais il n’y avait pas de communication entre nous. Ils ne voulaient même pas entendre parler de moi. Ce n’était pas ma volonté de tomber enceinte. Ce fut un accident sinon je ne pensais pas à cela. On ne s’était pas convenu sur cela. Mais c’est la volonté de Dieu »[10].

Bijou ayant vécu la même expérience explique ceci :

« Pendant la grossesse je partais au centre de santé. J’avais mal au ventre. On m’achetait des racines d’arbres pour faire des décoctions que je buvais. Mais je suis allée faire les CPN deux fois. Je ne me souviens pas du mois. Et c’est la mère de mon copain qui payait les frais d’ordonnance. Elle venait me rendre visite quand j’étais malade. Je ne dormais pas bien. Pendant la grossesse je ne pouvais pas me coucher sur le côté. J’avais mal partout. Même lorsqu’on m’adressait la parole, je répondais méchamment. Je ne pouvais pas manger du « to[11] » et du riz. Je vomissais quand j’en prenais. Donc, on m’achetait à manger. Je ne m’entendais pas bien avec les gens de la famille. Seule une tante m’aimait. C’est elle qui m’aidait dans les démarches au centre de santé. Ils n’étaient pas contents car ils croyaient qu’il n’y aurait pas de père à l’enfant. Pendant ce temps, je voulais manger de la viande ou du poulet mais je n’avais pas les moyens. Pendant ce temps, je le voyais avec une autre que je connais très bien. Mais qu’est-ce que je peux faire ?»[12].

S’occuper de soi et de l’enfant face au regard des autres

Le temps de la grossesse est un moment clé, durant lequel se reconfigurent les relations intrafamiliales. Certaines tensions se renforcent, certains liens se consolident. Les bébés semblent toutefois épargnés par le stigmate de leur mère.

Le moment de la grossesse est un moment charnière, car c’est celui de l’incertitude de la paternité. On peut distinguer quatre figures de pères selon les jeunes filles, allant du « pire » au « meilleur ». Le père ne reconnaissant pas son enfant est le plus stigmatisant pour les jeunes mères. Ensuite, deux figures s’entremêlent, celle du père reconnaissant son enfant et aidant financièrement la mère et celle du père reconnaissant son enfant, mais ne soutenant pas la mère. Ce cas est le plus fréquent. Enfin, la figure du père mariant la mère est celle cristallisant tous les espoirs, mais elle est rare.

Le changement de statut de jeune fille à fille-mère conduit à vivre l’expérience brutale d’un changement de parcours et d’une nouvelle tentative de reconstruction de soi. Dans ces conditions, les jeunes filles tentent également d’effacer le poids de ce qui est exprimé comme une « charge » et de regagner l’estime de leurs familles en exerçant le plus souvent de petits commerces. Le mariage, tout en restant l’horizon qu’elles semblent le plus désirer, apparaît comme une stratégie, parmi d’autres, pour surmonter leur stigmate.

Premier auteur et travail de terrain : Bakary Traoré, assistant de recherche

Deuxième auteur : Verena Richardier, docteure en sociologie, ENS de Lyon


[1]Il s’agit d’une petite chambre unique d’environ deux mètres sur deux située soit à l’entrée de la cour, soit à l’extérieur. Elle sert de dortoir pour les jeunes garçons entre 16 et 20 ans. Ils peuvent y former leur grin mais sont aussi rejoints par les filles de même âge. Ils y sont libres de tout de mouvement. Elles sont construites sous l’autorité des aînés pour éviter qu’ils dorment avec leurs petites sœurs dans la même chambre.

[2]Consultations Prénatales, elles consistent en des visites mensuelles pour le suivi durant toute la période de grossesse.

[3]Sutura, vendeuse ambulante, 18 ans, aînée d’une fratrie de 5 enfants, avec un enfant de 6 mois, vivant avec ses parents, Entretien réalisé le jeudi 16/01/2020, Sonsorobugu.

[4] Arbre d’Afrique de l’ouest dont les fruits sont appréciés pour être symbole de la cohésion. Les fruits matérialisent l’intention de mariage.

[5] La 7ème année est le deuxième cycle de l’enseignement fondamental au Mali, correspond à la 4ème année de collège.

[6] Il s’agit du père de l’enfant qui ne vit plus dans le même quartier qu’elle. Il ne participe plus à aucune charge d’entretien ni de la mère, ni de l’enfant.

[7]Le lait et le savon représentent symboliquement les biens liés aux besoins des bébés.

[8]Binta, 19 ans, fille mère, ainée d’une fratrie de 7 enfants, vivant avec ses parents, entretien réalisé le 22/08/2019, Sonsorobugu.

[9] Le père de l’enfant, son partenaire.

[10] Fanny, 16 ans, fille mère, troisième d’une fratrie de 7 enfants, vivant avec son enfant de 17 mois chez ses parents, conversation du 16/01/2020, Sonsorobugu.

[11] Met traditionnel préparé à base farine de de mil ou de sorgho.

[12] Bijou, 16 ans, vit avec un enfant de 4 mois chez son père. Le père de l’enfant ne subvient pas aux besoins de l’enfant, conversation du 19/12/2019, Sonsorobugu.