Parole de jeunes : grossesse et changement de statut – paroles de filles-mères

Contexte

La situation des « filles-mères » est apparue très tôt dans notre recherche à Sonsorobugu, quartier périphérique de Mopti. La question de la sexualité des jeunes est continuellement posée par les habitants, comme un risque, un danger, le résultat d’un comportement débridé, mis en lien avec l’insalubrité du quartier. Il est vrai que les contacts entre jeunes filles et garçons sont nombreux dans ce quartier où la rue la plus large ne dépasse pas deux mètres. Les nombreuses « chambres des garçons[1] » rendent également possible une expérience sexuelle précoce.

Nous avons discuté avec sept filles-mères. Sur ces sept jeunes filles, l’une n’a pas souhaité parler de ce sujet, encore trop douloureux. Nous présentons ici les paroles de quatre d’entre-elles qui ont accepté d’aborder de manière plus approfondie leur expérience : Sutura (18 ans), Fanny (16 ans), Bijou (16 ans), Binta (19 ans). Une seule jeune fille a pu continuer l’école sur les sept, deux ont dû arrêter à cause de leur grossesse, faute de financement de la part de leurs proches.

Le temps de la grossesse

Sutura, 18 ans :

«Avant mon accouchement, je m’occupais de moi-même. Pendant ma grossesse, je n’ai pas eu trop de problèmes. En dehors des fièvres passagères je n’ai pas eu de problème. Mais dans la famille, je ne m’entendais pas avec les parents. C’est à cause de la grossesse qu’on ne s’entendait pas. C’était avec ma mère et mon père. Et c’est lorsque je suis allée au centre de santé avec maman qu’il a été établi que je suis enceinte. C’est en ce moment que ma mère a compris. Avant qu’ils ne connaissent le père de l’enfant, je le cachais. Quand ils m’ont coincé, j’ai dit la vérité. Et c’est là qu’elle a arrêté de faire des reproches. Moi-même j’avais honte, je ne sortais pas. Parce que je ne voulais pas tomber enceinte. Mais c’est la volonté de Dieu. Le père de l’enfant quand même savait qu’on allait avoir un enfant. On n’en avait pas parlé. Et c’est lui-même qui a dit que j’étais enceinte mais je ne savais pas. Quand je suis tombée enceinte, j’ai fait cinq mois de CPN[2] mais je ne suis plus allée pour la suite »[3].

Si Sutura est tombée enceinte dans une relation libre, le cas de Binta est différente, car ses parents avaient accepté les premiers colas[4] de fiançailles. Binta est tombée enceinte de son petit ami, un autre homme qui n’était pas le fiancé prévu par ses parents :

«  Lorsque j’étais en 7ème année[5]un homme voulait me marier. Ils ont partagé la cola et le sel. Dieu a fait que je suis tombée enceinte quand j’étais en 9ème année. C’est en ce moment que mon père a dit qu’il ne va plus payer mes frais de scolarité et qu’il ne prendra aucune de mes dépenses en matière d’études. C’est la raison pour laquelle j’ai abandonné. Depuis que j’ai eu l’enfant, il (le père[6]) n’a ni donné le prix du savon, ni du lait[7]. C’est ma mère qui donne l’argent ou bien lorsque moi-même je gagne quelques francs j’achète le savon et le lait. C’est avec cela que j’achète les habits. Ma mère aussi achète les habits. Mais lui-même, on l’appelle en vain. Le jour où on tombe sur lui aussi, il n’a rien de bon à dire »[8].

Quant à Fanny, elle non plus ne s’entend plus avec ses parents depuis qu’elle est tombée enceinte :

« J’avais 14 ans lorsque je suis tombée enceinte. Pendant ma grossesse, je partais faire les CPN, les échos et la prise de sang. Je suis allée pendant les 9 mois. C’est son père[9] qui a payé tous les frais. Pendant ce temps, je ne m’entendais pas avec les membres de la famille. Surtout entre les parents et les aînés. Ils étaient frustrés. Tu sais qu’ils n’étaient pas contents et on ne peut pas parler d’entente en ce moment. Ils me disaient des propos qui me faisaient mal. Ils me rabaissaient, ils m’insultaient, pas de causerie, pas de sortie, rien du tout ! Tout le temps la mine serrée, c’est comme si le monde était arrêté en ce moment. Je voyais qu’ils m’aimaient avant la grossesse. Mais depuis que je suis tombée enceinte, on ne s’entendait plus. Mon grand frère ne me parlait pas. C’est récemment qu’il a commencé à me parler. Il est à Bamako, il vient de terminer ses études. Mais je mangeais, je dormais, je me lavais, je faisais mes trucs, mais il n’y avait pas de communication entre nous. Ils ne voulaient même pas entendre parler de moi. Ce n’était pas ma volonté de tomber enceinte. Ce fut un accident sinon je ne pensais pas à cela. On ne s’était pas convenu sur cela. Mais c’est la volonté de Dieu »[10].

Bijou ayant vécu la même expérience explique ceci :

« Pendant la grossesse je partais au centre de santé. J’avais mal au ventre. On m’achetait des racines d’arbres pour faire des décoctions que je buvais. Mais je suis allée faire les CPN deux fois. Je ne me souviens pas du mois. Et c’est la mère de mon copain qui payait les frais d’ordonnance. Elle venait me rendre visite quand j’étais malade. Je ne dormais pas bien. Pendant la grossesse je ne pouvais pas me coucher sur le côté. J’avais mal partout. Même lorsqu’on m’adressait la parole, je répondais méchamment. Je ne pouvais pas manger du « to[11] » et du riz. Je vomissais quand j’en prenais. Donc, on m’achetait à manger. Je ne m’entendais pas bien avec les gens de la famille. Seule une tante m’aimait. C’est elle qui m’aidait dans les démarches au centre de santé. Ils n’étaient pas contents car ils croyaient qu’il n’y aurait pas de père à l’enfant. Pendant ce temps, je voulais manger de la viande ou du poulet mais je n’avais pas les moyens. Pendant ce temps, je le voyais avec une autre que je connais très bien. Mais qu’est-ce que je peux faire ?»[12].

S’occuper de soi et de l’enfant face au regard des autres

Le temps de la grossesse est un moment clé, durant lequel se reconfigurent les relations intrafamiliales. Certaines tensions se renforcent, certains liens se consolident. Les bébés semblent toutefois épargnés par le stigmate de leur mère.

Le moment de la grossesse est un moment charnière, car c’est celui de l’incertitude de la paternité. On peut distinguer quatre figures de pères selon les jeunes filles, allant du « pire » au « meilleur ». Le père ne reconnaissant pas son enfant est le plus stigmatisant pour les jeunes mères. Ensuite, deux figures s’entremêlent, celle du père reconnaissant son enfant et aidant financièrement la mère et celle du père reconnaissant son enfant, mais ne soutenant pas la mère. Ce cas est le plus fréquent. Enfin, la figure du père mariant la mère est celle cristallisant tous les espoirs, mais elle est rare.

Le changement de statut de jeune fille à fille-mère conduit à vivre l’expérience brutale d’un changement de parcours et d’une nouvelle tentative de reconstruction de soi. Dans ces conditions, les jeunes filles tentent également d’effacer le poids de ce qui est exprimé comme une « charge » et de regagner l’estime de leurs familles en exerçant le plus souvent de petits commerces. Le mariage, tout en restant l’horizon qu’elles semblent le plus désirer, apparaît comme une stratégie, parmi d’autres, pour surmonter leur stigmate.

Premier auteur et travail de terrain : Bakary Traoré, assistant de recherche

Deuxième auteur : Verena Richardier, docteure en sociologie, ENS de Lyon


[1]Il s’agit d’une petite chambre unique d’environ deux mètres sur deux située soit à l’entrée de la cour, soit à l’extérieur. Elle sert de dortoir pour les jeunes garçons entre 16 et 20 ans. Ils peuvent y former leur grin mais sont aussi rejoints par les filles de même âge. Ils y sont libres de tout de mouvement. Elles sont construites sous l’autorité des aînés pour éviter qu’ils dorment avec leurs petites sœurs dans la même chambre.

[2]Consultations Prénatales, elles consistent en des visites mensuelles pour le suivi durant toute la période de grossesse.

[3]Sutura, vendeuse ambulante, 18 ans, aînée d’une fratrie de 5 enfants, avec un enfant de 6 mois, vivant avec ses parents, Entretien réalisé le jeudi 16/01/2020, Sonsorobugu.

[4] Arbre d’Afrique de l’ouest dont les fruits sont appréciés pour être symbole de la cohésion. Les fruits matérialisent l’intention de mariage.

[5] La 7ème année est le deuxième cycle de l’enseignement fondamental au Mali, correspond à la 4ème année de collège.

[6] Il s’agit du père de l’enfant qui ne vit plus dans le même quartier qu’elle. Il ne participe plus à aucune charge d’entretien ni de la mère, ni de l’enfant.

[7]Le lait et le savon représentent symboliquement les biens liés aux besoins des bébés.

[8]Binta, 19 ans, fille mère, ainée d’une fratrie de 7 enfants, vivant avec ses parents, entretien réalisé le 22/08/2019, Sonsorobugu.

[9] Le père de l’enfant, son partenaire.

[10] Fanny, 16 ans, fille mère, troisième d’une fratrie de 7 enfants, vivant avec son enfant de 17 mois chez ses parents, conversation du 16/01/2020, Sonsorobugu.

[11] Met traditionnel préparé à base farine de de mil ou de sorgho.

[12] Bijou, 16 ans, vit avec un enfant de 4 mois chez son père. Le père de l’enfant ne subvient pas aux besoins de l’enfant, conversation du 19/12/2019, Sonsorobugu.

Paroles de jeunes : « Boire la cigarette » – l’expérience de jeunes filles

Les jeunes fumeuses de Sonsorobugu

Nous avons entendu parler de filles fumeuses lors d’un travail de terrain à Sonsorobugu, quartier périphérique de Mopti.

Connaissant le poids important des normes maliennes concernant l’usage de la cigarette chez les filles, nous avons souhaité en savoir davantage sur leur « première fois ». Certaines s’essayent à la cigarette tandis que d’autres sont dans le zogos.[1]

Les jeunes filles interrogées ont entre 16 et 18 ans. Elles sont membres d’un même grin[2], et elles ont toutes abandonné l’école ou la medersa[3]. Pas encore mariées, ni indépendantes financièrement, elles font partie d’un même groupe d’amies.

La première cigarette

Awa nous explique comment elle a appris à « boire la cigarette »[4] :

«  Je ne pense pas si ça vaut trois semaines que je fume. Ma camarade est revenue une fois de la région de Tombouctou. Elle m’a dit de l’accompagner pour acheter de la cigarette. Je l’ai accompagnée. Elle a acheté et elle m’a demandé de tirer un coup. J’ai tiré et j’ai toussé. Elle m’a dit de tirer encore et j’ai toussé de nouveau. Ensuite elle est allée acheter une autre qu’on a fumé et pendant 3 jours on a fumé en cachette. Juste une semaine après on a rapporté ça à ma mère qui m’a intimé d’arrêter de fumer. J’ai arrêté et on achetait des paquets de chewing-gum qu’on partageait et qu’on mâchait pour ne pas penser à la cigarette. Ma camarade continue de fumer. Même hier elle disait que même si elle dit qu’elle ne veut pas fumer, elle ira en acheter encore »[5].

Pour Toufa, il est hors de question de laisser la cigarette :

« Franchement, je fume. Même hier soir j’ai fumé. Même ce matin je suis allée acheter une mèche, je suis entrée dans les toilettes, j’ai fumé et je suis sortie. Hier soir aussi, j’ai acheté un paquet et je suis allée au grin et on l’a fumé. Ça fait longtemps que je fume. Parce que depuis que j’étais petite, tous mes aînés sont au courant. Un jour, c’est Aïssa (une amie) même qui m’a appris à fumer. Un jour, j’étais assise et c’est elle qui est allée acheter de la cigarette pour fumer. Elle m’a dit de tirer, moi aussi, j’ai tiré, et c’est ça qui m’a poussé à fumer. Maintenant je ne peux pas rester sans fumer. Et ça vaut cinq ans que je fume. Lorsque je fume, j’ai la toux et il y a du sang qui sort de ma bouche. Je n’y prends aucun plaisir. Dès que je fume c’est la toux qui commence. Au début ça me soulage. Dans notre grin, toutes les filles fument »[6].

En plus de la cigarette, Judy[7] a fait l’expérience du chanvre indien et de l’alcool :

« Pour la cigarette, je fume mais ça ne me cause rien. Sauf que ça me donne des maux de poitrine. J’ai commencé avec la cigarette ça n’a même pas duré. Je peux dire que c’est avant-hier seulement que j’ai commencé. Ça me donne des maux de poitrine ce qui fait que même si je porte des charges lourdes ça me fait mal. Donc, j’ai laissé. Maintenant, j’ai laissé ces choses. Parce que je fume pour me servir mais ça finira par me causer du tort parce que c’est auprès de ma mère que j’irai me coucher[8] ».

S’agissant du chanvre indien elle ajoute ceci :

« La première fois que j’ai pris le zogos, c’était lors d’un bal par derrière ici. Je suis allée et j’ai vu ça avec un garçon. Je lui ai demandé ce que c’est. Il m’a dit de prendre pour aspirer un peu. J’ai aspiré une première fois. Une deuxième fois et j’ai eu des vertiges. Je suis allée m’assoir sur un tas de sable. Quelques instants après je me suis réveillée, j’ai eu faim. J’avais de l’argent. Je suis allée acheter à manger et je suis revenue. Pour la deuxième fois c’était pareil. Une fois aussi il y a eu un baptême, cela a coïncidé avec l’arrivée de mon copain du dinguè kono[9], il est venu me chercher. Il était avec un ami qui en possédait et je lui ai dit de me donner. Parfois le zogos me pousse à dire des bêtises mais parfois c’est la faim qui m’attrape. Pour la cigarette c’est ma poitrine qui me fait mal. Pour le vody[10] c’est la faim que ça provoque chez moi. C’est sous forme de Nescafé. Nous l’appelons vody sinon il y a une appellation. Quand je prends ça me donne parfois des vertiges. (…)

Pour me ravitailler, soit je pars dans le Bas fond[11], soit je me procure auprès de Mo. Ils vendent une rap[12] à 500 FCFA. On peut  finir ça en une nuit avec mes copines. Et lorsque je fume, ça me mets dans les «sciences»[13] et que je ne comprends même pas. Dès que l’effet quitte, j’oublie tout cela. Et je me cache pour fumer. Je fume, mais je sais que ça peut nuire aussi ».

La cigarette, la liberté de ton et le groupe d’amies

L’importance des amies filles, du grin, des camarades ressort beaucoup dans les propos des jeunes fumeuses. Elles ont créé un « grin de fumeuses », critiqué par les autres jeunes filles du quartier. Certaines sont conscientes des risques de santé qu’elles encourent tandis que les autres les minimisent. Aux critiques sociales, elles opposent le groupe et l’indépendance. Toufa souligne ainsi qu’elle achète elle-même sa propre cigarette.

Pour certaines, comme Awa, l’expérience est décrite comme courte, de l’ordre de la découverte ou d’un moment de convivialité partagé avec une amie, tandis que pour d’autres il s’agit désormais d’une habitude. Dans tous les cas, fumer la cigarette s’inscrit dans une carte identitaire de la transgression, de la construction d’une liberté à revers des normes auxquelles sont d’ordinaires assignées les jeunes filles du quartier.

Premier auteur et travail de terrain : Bakary Traoré, assistant de recherche

Deuxième auteur : Verena Richardier, docteure en sociologie, ENS de Lyon


[1]Il s’agit de l’appellation codifiée du chanvre indien ou du cannabis par certains consommateurs.

[2] Un « grin » est un groupe de jeunes appartenant plus ou moins à une même génération, se regroupant souvent en soirée, pour discuter, autour de thé ou d’autres activités.

[3] Les medersa sont des écoles franco-arabes d’enseignement religieux.

[4] En bambara, langue vernaculaire du Mali, « fumer » se dit « boire la cigarette » (cigareti min).

[5] Awa, 16 ans, 6ème d’une fratrie de 9 enfants, abandon de l’école en 5ème année primaire, conversation du 18/01/2020, Sonsorobugu.

[6]Toufa 16 ans, abandon de l’école en 5ème année primaire, conversation du 18/ 01 / 2020, Sonsorobugu.

[7]Judy, 18 ans, abandon de l’école en 5ème année primaire, conversation du 18/01/2020, Sonsorobugu.

[8] « Se coucher auprès de » est une traduction littérale signifiant « être soigné par ».

[9] Appellation donnée par les habitants de Sonsorobugu à l’ancien site d’où ils ont été chassés. Aujourd’hui, il en partie occupé par des garages automobiles.

[10] Boisson alcoolisée qu’on rencontre dans les débits de vente un peu partout en Afrique de l’Ouest.

[11] Un quartier voisin de Sonsorobougou.

[12]Une cigarette de cannabis.

[13]« Sciencer » dans le langage des utilisateurs du milieu signifie « avoir l’esprit emporté » par les effets du chanvre indien.

Paroles de jeunes : rap de grin – le cas du quartier de Sonsorobugu à Mopti

Les grins et les jeunes

Nous pouvons définir le « grin » comme à la fois un espace physique où un certain nombre de personnes se rencontrent, et à la fois un espace social et symbolique. Des jeunes partageants des valeurs communes organisent des formes d’entraide, de liberté, de protection, de défense. Ainsi, les jeunes d’un « grin » se regroupent souvent en soirée, partagent un thé, échangent. Il arrive également qu’ils créent des chansons de rap, échangées ensuite dans le quartier. Le dynamisme de diffusion des chansons témoigne alors de la réputation et de l’influence d’un grin sur les autres.

Nous présentons ici le cas de grins qui se caractérisent par la solidarité des membres mais aussi par la danse et le flow, c’est-à-dire la chanson.

Les membres de ces groupes ont entre 18 et 21 ans, exerçant des activités diverses. Au B13, nous pouvons rencontrer des élèves, des soudeurs, un agent de sécurité, des tresseuses[1], alors qu’au Dragon City, ce sont des journaliers, des « pousses-poussiers[2] », des vendeurs de bananes, des bagagistes, des manœuvres de maçonnerie.

Chanson de rap : « Nouvelle force », titre de 2019, grin Dragon City

Ah, ah !!! Vous savez, les éléments de Dragon City se relèvent avec une nouvelle force ! Président M Flow, manager Lamine Jo, l’homme des hommes, président Marwane qui est le Jonki (Jonki peut se traduire par « dur ») ! 

Le Dragon City arrive,

Nous arrivons avec un bon son,

Nous arrivons avec un nouveau style,

Nous sommes venus pour convaincre le public,

Nous sommes venus pour convaincre les fans,

Les gens du quartier sont fatigués, les gens du quartier souffrent.

Les éléments du Dragon City,

Nous sommes en train de mettre le feu,

Nous sommes forts,

Si tu n’es pas dans le rap approche-toi de nous.

Pour le bon rap quand même nous avons créé ça !

Si c’est le meilleur groupe quand même nous avons créé tout cela !

Du bon rythme on n’en parle pas, nous avons créé cela !

Marwane, Bolby !

Petit colosse, Gezner (le Gezner est le nom d’une marque de tissu, le bazin, un tissu très cher et ciré),

Nelby, Hercule, l’homme à la machette, Boss Flow, One Khalifa (Nom d’un chanteur américain de rap, Wiz Khalifa).

Manager Lamine Jo, le vrai homme, l’expérimenté, le crève-cœur de l’ennemi, le président M Flow, Le fer, PDG Marwane !

Le rap comme moteur d’affirmation identitaire et instrument de rivalité

Selon MC[3] (Master of Ceremony, nom donné aux chanteurs de rap) du Dragon City, « le grin est composé de trois chanteurs, Marwane, Hercule, Usby, Tupac, le maire Swagar, et Ben Flow, les autres ne sont pas là. Chacun d’entre nous a un rôle à jouer dans le grin. Nous vivons dans l’entraide. Notre base c’est le couloir de la mosquée, notre chambre de jeunes et là où on s’assoit en face du terrain de football ».

Par ces mots, MC explique à la fois le sens des paroles de sa chanson et le travail de construction identitaire qu’il génère. La chanson présente les membres du grin (Marwane, Bolby, Petit colosse, etc.), témoignant donc de leur appartenance et les désignant par des caractéristiques valorisantes pour les jeunes.

Depuis l’espace du grin physique (la « base »), se construit un petit territoire, revendiqué par le son.

Pour Golby, l’un des jeunes du grin :

« Notre territoire c’est particulièrement K., mais cela n’empêche pas qu’on peut aller plus loin parfois. Les limites du B13 commencent à partir de la rue derrière le poste de police, ensuite le terrain de foot pour tourner derrière le BAR dans la rue de gauche pour venir directement ici jusqu’au niveau du pont en passant par l’école Fraternité. A mon avis derrière le pont n’en fait pas partie. C’est notre territoire parce que personne ne peut venir toucher à l’un de nos membres dans cette zone et on ne peut pas nous empêcher de faire ce qu’on veut dans le territoire »[4].

A Sonsorobugu, avant ces chansons, d’autres grins étaient plus influents. Aujourd’hui, grâce au rap et à la danse, Dragon City fait beaucoup parler de lui. Toujours pour MC :

« L’inspiration peut venir à tout moment et je n’ai pas besoin de l’écrire. Après inspiration, j’en parle à mes amis et on cotise pour aller au studio de JP Production à Sévaré. Une fois que le montage est fait, il nous transfère les chansons par Bluetooth et au retour dans le quartier on se charge de les envoyer aux fans »[5].

Le travail de création est donc soutenu financièrement. Les jeunes doivent cotiser jusqu’à 30 000 frc CFA, une somme importante : près de 45 euros, dans un pays où le salaire minimum mensuel atteint 40 000 frc CFA. La création d’une chanson, au-delà de l’aspect artistique est ainsi également une manière d’appuyer la force de cohésion, et de solidarité de ses membres, capables de lever une somme financière importante.

Les chansons sont diffusées dans le quartier et leur importance permet de jauger l’influence du groupe. Par manque de moyens, aucune chanson n’est mise sur internet. Elles sont donc très localisées, très liées à l’histoire du groupe et à celui de son petit territoire. Les jeunes écoutent et diffusent leurs propres chansons au bord de la route, tout en prenant le thé, et chaque passant peut alors également les écouter.

Au niveau des danseurs du B13, Dalama affirme que :

« Lorsqu’on kiffe une nouvelle chanson, on se réunit pour produire le style de danse qui correspond. Pour cela on utilise une application qui était sur mon téléphone pour couper et coller deux chansons de deux chanteurs différents afin d’en faire la chorégraphie. Si on ne parvient pas à faire cela on part dans le studio M3 à côté de nous. On a une fois fait une chorégraphie de 12 minutes mais généralement, c’est la partie du blocage[6] qui rallonge le temps. Au départ, nous étions réticents à la diffusion de nos vidéos »[7].

Dalama parle de réticence, car les jeunes du grin ont eu peur au début de se faire voler leurs chansons. C’est également pour cela qu’ils répètent leur nom de grin dans beaucoup de leur chanson, étendant également la notion de territoire à l’espace symbolique. Ils prennent ainsi place dans le quartier grâce au rap de leur grin.

Premier auteur et travail de terrain : Bakary Traoré, assistant de recherche

Deuxième auteur : Verena Richardier, docteure en sociologie, ENS de Lyon

Pour aller plus loin : le projet AFRINUM actuellement en cours vise à explorer au prisme des musiques populaires, ce que les sociétés ouest-africaines font du numérique en termes de transfert et production de savoirs, reconfigurations des rapports sociaux et médiations culturelles.


[1] Coiffeuse de tresses

[2] Les pousses-poussiers transportent généralement les courses des femmes au marché ou de l’eau en poussant une brouette artisanale appelée « pousse-pousse ».

[3] MC, 18 ans, chanteur du grin, vendeur de banane au Commerce de Mopti, conversation réalisée le 21/12/2019 dans l’une de leurs chambres de jeunes à Sonsorobugu, près de la mosquée.

[4] Golby, 2ème du grin B13, 21 ans, soudeur, entretien réalisé le 10/01/ 2020.

[5]MC, 18 ans, chanteur du grin, vendeur de banane au Commerce de Mopti, conversation réalisée le 21/12/2019 dans l’une de leurs chambres de jeunes à Sonsorobugu, près de la mosquée.

[6] Le blocage correspond au moment où un seul danseur occupe la scène pour une prestation sur un rythme cadencé.

[7] Entretien réalisé le 03/02/2020, à la base du B13