Raïl-da Aux bords des rails

Raïl-da Aux bords des rails est un film court réalisé à partir d’une enquête collective menée à Bamako, en novembre 2018, par des étudiants du Master 1 SOCDEV (Société, culture et
développement)
, Moussa Traoré (archiviste du rail), Abdoulaye Traoré (archives nationales), Charles Grémont, Ophélie Rillon et Alexis Roy (professeurs encadrants). Aux alentours de la gare et aux Archives nationales du Mali, les étudiants sont partis sur les traces du chemin de fer Dakar-Niger, créé en 1924 par le colonisateur français et mis à l’arrêt en 2018. Des effets immédiats de la crise – cheminots au chômage, engagés pour certains dans une grève de la faim, commerçantes sans clients, buffet de la gare déserté – aux premiers plans de construction de la gare en 1904, en passant par les grands accidents ferroviaires, des histoires singulières émergent sous le regard curieux et méthodique des apprentis chercheurs.

Carnets de terrain : extrait d’entretien, recherche sur jeunes, emploi et crise

L’entretien dont nous proposons un extrait ci-dessous a été réalisé par Mamoutou Fofana, étudiant du Master « Sociétés, Culture et Développent » (SOCDEV) du laboratoire Mixte International – MaCoTer. Mamoutou Fofana a participé en décembre 2020 à une recherche sur l’emploi des jeunes en temps de crise en Afrique, à partir du cas du Mali et financée par la plateforme INCLUDE.

Monsieur Worèkè, 27 ans, jeune diplômé de l’institut de formation des maîtres, spécialité Lettres, Histoire et Géographie. Il s’agit d’un jeune urbain reparti en milieu rural. L’entretien a été réalisé à Mansatola le 8 décembre 2020 par Mamoutou Fofana.

M F : Bonjour monsieur Worèkè. Je m’appelle Mamoutou Fofana et je fais des recherches sur la situation d’emploi des jeunes en ces périodes d’instabilités afin de connaitre les stratégies de ceux-ci. Merci d’avoir accepté de vous prêter à l’exercice. A présent, pouvez-vous me parler de vous ?

Worèke : Je suis un sortant de l’Institut de Formation des Maîtres de Bamako, promotion 2016-2017, spécialiste LHG. Je suis un sans emploi depuis 2017. De cette date à aujourd’hui, je fais de l’agriculture pour la famille et un peu pour moi à côté. Je fais tomber[1] le champ de sésame pour moi-même et je n’ai pas encore récolté mais c’est 1 hectare quand même. Selon mes propres calculs au lieu de rester à Bamako parce que si tu restes à Bamako, il y’a des dépenses véritablement c’est difficile, donc j’ai eu l’idée de venir ici, aider les parents, en même temps je peux faire un peu pour moi-même. A côté du fait de faire le champ, je fais l’embouche de béliers pour vendre lors des fêtes de tabaski. Par an, je peux avoir 300 000 francs. Bien sûr que cela ne peut pas couvrir toutes mes dépenses, mais il y’a mes grands frères qui travaillent. L’un travaille à Tombouctou avec Médical International, comme agent comptable. Souvent c’est lui qui m’aide. Mon père aussi souvent, lui il m’aide financièrement.  Lui, il est cultivateur, et sa grande sœur est en France donc, elle l’appuie quoi.

M F : J’ai envie de comprendre, comment un diplômé accepte de revenir au village pendant que ceux d’ici cherchent à tout prix à partir dans les villes. Comment expliquez-vous cela ?

Worèkè : Après le BAC, je fais la faculté, j’ai fait droit privé. Après une année de cours, je n’ai pas eu la formation que je voulais avoir quoi.  C’est pourquoi j’ai abandonné pour échapper à une perte de temps inutile. Parce que pour moi les une année que je fais là-bas à cause des « mugnukumagnaka »[2]de l’AEM. Selon moi quelque chose ne s’est pas ajouté à mon niveau quoi, donc je me suis dit si je restais comme ça est ce que j’aurais une bonne formation ? Maintenant j’ai eu l’idée de faire l’IFM et donc j’ai abandonné la faculté. Après je voulais revenir faire la faculté parce qu’après l’IFM, je pensais que j’allais avoir la fonction publique donc ça n’a pas été le cas.

M F : Après votre diplôme, vous êtes revenu ici. Dites-moi quelles ont été vos motivations ? Aviez-vous une quelconque assurance que vous auriez ce que vous n’êtes pas parvenu à avoir à Bamako ?

Worèkè : Un ami m’avais dit qu’il y’a maintenant beaucoup d’ONG au village et ça augmente tous les jours parce que beaucoup d’ONG sont en train de fuir les conflits pour venir ici à cause de la stabilité ici. Donc j’ai saisi l’occasion. Avant tout je n’avais rien à Bamako. Du côté de la connaissance oui et pour les dépenses, il y en beaucoup que moi-même je fais, parce qu’il y’a des ONG avec lesquelles je travaille en faisant des enquêtes, donc en même temps des animations avec World Vision aussi quoi. Donc souvent eux aussi, ils me recrutent quoi. 

Aujourd’hui, je travaille avec USAID, World Vision, Croix-Rouge. Souvent je signe des contrats avec World Vision pour faire des enquêtes de 20 jour quoi. Donc les autres là, c’est pour faire des travaux  journaliers. Je n’ai pas eu de contrat avec ces autres ONG, donc c’est à travers ces économies de gauche à droite que je me débrouille pour assurer beaucoup de mes besoins. Entre l’année dernière et cette année, il y’a eu des alertes, parce que y’a un village qui est vers Grédo[3] là, donc selon les rumeurs, ils ont aperçu des djihadistes là-bas quoi donc entre ce temps et maintenant, on dirait que « le pied des ONG s’est rafraichi »[4], parce qu’ils ont eu peur. Ça été même la cause du départ de notre sous préfet qui vit maintenant à Kolokani, donc cette petite  alerte a mis du défaut « fignè » dans les activités. Oui après j’ai eu des contrats avec World Vision pour faire une enquête entre juin et juillet 2020. Maintenant je fais orange money, ce petit argent, comme au sein même du village, je suis gestionnaire de l’adduction d’eau quoi, donc, il y’a un château d’eau qui est au village, comme il y’a un comité de gestion d’eau et  chaque weekend je fais un tour dans le village pour ramasser l’argent des points d’eau quoi et à la fin du mois, ils me donnent 15 000 F. En même temps j’ai des canards que je vends souvent pour mes besoin. Sinon au niveau du village je ne dépense pas beaucoup quoi. Quand j’étais en ville et que les dépenses sont élevées par rapport à ce que je gagnais, c’est mieux de venir ici. Si tu es au village, tu peux faire ces activités en même temps aider la famille quoi, donc c’est ce qui m’a poussé à venir.

M F : On remarque en fait, que vous ne vous en sortez pas mal avec le petit boulot à temps partiel avec les ONG. Mais vous serez d’accord avec moi qu’ils ne vous offre pas une condition assez décente, du moins pas pour le moment. Cela dit, pouvez-vous me parler de vos ambitions et projets futurs ?

Worèkè : Bon je continue de tenter ma chance pour avoir la collectivité quoi, en même temps je démarche les ONG pour qu’ils puissent me recruter comme animateur quoi, je pense que j’ai le profil pour être ça. En ce qui concerne la fonction publique, je l’ai fait deux fois mais ça n’a pas marché. Je préfère être enseignant comme ça, c’est garanti plus que les ONG quoi, parce que quand tu seras fonctionnaire, ça, c’est une garantie et les ONG sont temporaires quoi.

M F : De nos jours, on assiste à l’émergence des figures de proue pour la jeunesse et la plupart des jeunes ne manquent pas de modèles, de référence en fonction des projets de vie de chacun.  Avez-vous une personne de référence ? Si oui, qu’est-ce qui vous inspire chez cette personne ? Que faites-vous pour lui ressembler ici à Mansatola ?

Worèkè : Bon j’ai eu une fois à discuter avec Mohamed Salia, on s’est rencontré c’était au carrefour des jeunes de Bamako, donc il était notre conférencier. Il nous a expliqué son parcours quoi, donc c’est lui qui m’inspire beaucoup quoi. La manière dont il a fait dans les organisations de la société civile, être présent du Conseil National de la Jeunesse et consorts là, donc c’est lui qui m’a inspiré quoi.

Au niveau du village, je suis le secrétaire de la société civile, donc en même temps il y’a un comité de la société civile qui s’appelle comité de vieille citoyenne. Je suis le rapporteur au niveau de ce comité. Il s’agit de voir au niveau des autorités, s’ils prennent en compte les besoins de la population donc en même temps de lutter contre la mauvaise gouvernance. Au niveau du comité,  je peux dire que ça va parce que souvent nous menons des activités. Donc ces activités commencent même à porter fruits quoi. Donc au niveau de l’adduction d’eau, on a mené des enquêtes là-bas, au niveau d’Association de Santé Communautaire. Comme l’ASACO ne rendait pas compte à la population, donc on a suggéré ce problème-là. Et même le problème des Comité de Gestion Scolaire là, et le problème de la prise de la carte d’identité par les villageois. Donc ces activités commencent à porter ses fruits quoi.

Si on détecte le problème au niveau d’un service, donc on va là-bas, et leur disons que nous avons vu ce problème-là, ça se passe comment ? Donc après on fait un compte rendu au niveau du village, on fait des rassemblements, donc on va informer la population en leur disant que nous étions au niveau de la mairie on a vu ceci, on a vu cela donc comment voulez-vous qu’on fasse. Donc si les gens donnent leurs points de vue, on délègue deux à trois personnes, donc qui vont aller à la mairie, pour en parler. La population veut que ça soit comme ça ou bien veut que vous respectez les normes quoi, donc on fait ces petites choses quoi. Donc en même temps on fait des animations radio pour sensibiliser la population à payer les taxes et impôts. C’est l’initiative d’un projet, c’est COWATER International, comme c’est n’est pas au niveau national quoi, ça se trouve au niveau de certaines régions. Donc même dans les régions ils ont ciblé  certains arrondissements et cercles quoi.

M F : La conduite de telles initiatives nécessitent forcément une certaine connaissance pour pouvoir les mener convenablement. Avez-vous suivi des formations  ou des aides dans ces différents domaines ou tout autre domaine ?

Worèkè : Oui, ils nous ont formés, donc même maintenant ils continuent à former les leaders communautaires, mais c’est toujours dans ce cadre là quoi, dans le cadre de la bonne gouvernance.  Sinon ça vaut 10, parce qu’au sein même de World Vision il y’a un groupe communautaire ici, qui s’appelle Voix et Action Citoyenne (CVC) donc c’est une initiative de World Vision, donc chaque année nous suivons des formations dans ce cadre quoi. En même temps il y’a aussi Croix-Rouge qui a un comité au niveau de la commune ici et je suis membre de ce comité dans le cadre du programme des volontaires.

Beaucoup pensent que je gagne de l’argent en faisant ces choses, ce qui n’est pas vrai. Il y’a au niveau du CVC, des actions qui nécessitent des aides financières, il nous donne de l’argent. Par exemple, si on voulait faire, je vous ai parlé de notre animation radiophonique, donc dans ce cadre, s’ils ont vu que l’activité est intéressante donc ils font un financement quoi à travers le coordinateur régional. Quand il y’a une activité, quand nous faisons les activités nous l’informons aussi quoi.

En ce qui concerne les aides pour ma personne, non. J’ai même fourni mes dossiers dans le cadre de l’APEJ, mais ça n’a pas marché sinon, certains ont reçu de l’aide de la part de l’APEJ. En général ce sont des déscolarisés à partir de la 7e année. Pour certains, c’était le maraichage et d’autres l’élevage.

M F : Globalement, que pensez-vous de la situation actuelle du pays ?

Worèkè : Je pense que c’est normal que, comme la situation était tellement dégradée là, là où nous sommes maintenant, c’est normal qu’on soit là où nous sommes, parce que vu la situation politique et les autres branches, pour moi c’était un peu je ne sais pas quoi, oui c’était prévisible. La gestion était mauvaise quoi, donc si, il était temps que les choses changent quoi, que ce soit les élections et consorts là, la gestion était mauvaise. Oui, bon ça se sent ici, parce que même dû au Coronavirus même, les activités se sont un peu ralenties parce que. D’habitude, au mois d’août, ça c’est notre période de soudure donc les aliments manquent, donc la façon dont les gens trouvent de la consommation, les autres années et cette année n’ont pas été les mêmes quoi. Cette année, le mil est parti s’arrêter jusqu’à 25 000 frc CFA le sac, donc ça été une difficulté. Avant ça pouvait atteindre 20 000 frc CFA, mais jamais 25 000 frc CFA. Sur les marchés environnants. Il y avait les banques céréalières aussi, donc ces banques-là, je ne dis pas qu’ils sont en faillite, mais, ils ne marchent plus quoi. L’année dernière cas même elles n’ont pas marché, je ne connais pas les raisons, mais on a alerté notre CVC pour que nous suivons de près, ces choses-là quoi, donc même on a envoyé une lettre au niveau de la mairie pour qu’on puisse s’asseoir et discuter sur la gestion de ces banques céréalières, jusqu’à présent, ils n’ont pas donné suite à notre lettre.Ces banques sont même communales, parce qu’il y’a ces démembrements au niveau des gros villages, ils achètent pendant les récoltes et en revendent moins cher pendant les périodes de soudure. Mais l’année dernière, il n’y’avait pas de mil, ce qui a amené cette difficulté. Sinon les récoltes ont été bonnes, mais je dirai que c’est la mauvaise gestion. Sinon c’est un projet qui a construit les banques céréalières donc selon certaines sources le projet même a donné un fonds quoi. En même temps après le départ du projet, deux ans après les banques ne marchaient plus quoi. Donc c’est l’année dernière que ce qui qui était là-bas, certains ont été pris en crédit, certains crédits ont été remboursés, mais je ne sais si tout a été remboursé, parce que si, j’ai rencontré les gens chargés du recouvrement en train de faire le recouvrement, oh mais ! Tous les crédits ont été remboursés ou pas je ne sais pas. Mais certains ont été remboursés en propre avec tout ça, la chose n’a pas pu être mise et la population n’a pas pu acheter quoi.

M F : Pour terminer, je vois un peu mal le rapport entre la gestion des banques céréalières et de la manière dont vous, vous sentez les effets de ces difficultés que vous venez de mentionner plus haut ?

Worèkè : Tu sais, ici l’argent est très important dans les relations ici au sein de la famille. Même si on ne te dit rien, il faut même débourser un peu dans les choses de la famille. Par exemple quand tu ne dépenses rien pour la famille, on ne te considère pas trop. Même si je n’ai pas un emploi constant, ici, tout le monde pense que j’ai tout, surtout que je suis avec les projets, donc ce n’est pas simple. Avec ces « gɛ̀lɛya », ce que je gagne ne me suffit plus parce que je suis obligé de contribuer quand mon père me demande de l’argent. Si les choses sont chères dans les grandes villes, forcément on le sent ici aussi parce que la plupart des dépenses de la famille viennent de l’extérieur[5]. Mon grand frère est venu ici au village parce qu’il est pour le moment en chômage. Tu comprends un maintenant et voilà comment je me retrouver à dépenser beaucoup pour la famille. Sinon vraiment si ce n’était pas cela vraiment j’étais bien ici. J’espère que tout ça finira bientôt.


[1] Par allusion à l’aménagement d’un champ privé, le « Jon foro » en langue bamanankan.

[2] Il s’agit des nombreuses perturbations de cours en raison des grèves de l’Association des élèves et étudiants du Mali

[3] Un village de la commune de Djidiéni dans le cercle de Kolokani, région de Koulikoro

[4] L’expression est employée pour dire qu’il  y a eu un ralentissement des activités des ONG à cause de cette rumeur.

[5] Il fait allusion à son  grand frère et la grande sœur de son père cités plus haut.

Carnet de terrain : sur les rives du Bani à Sonsorobugu, l’extraction de sable

Lors de nos investigations dans le quartier de Sonsorobugu à Mopti, la question du travail et de l’autonomie des jeunes a attiré notre attention. La précarité économique et foncière du quartier, ajoutée aux problèmes de déscolarisation des jeunes leur laisse moins d’opportunités. En effet, les principaux secteurs d’activité que l’on rencontre dans le quartier se résument à la confection de briques en terre, au travail de manœuvres dans la construction des nouvelles maisons qui empiètent sur le site du quartier et aux quelques rares boutiques qui proposent des denrées alimentaires aux habitants. A la recherche de travail saisonnier, les jeunes sortent du quartier et deviennent coursiers de commerce ou piroguiers dans le transport du sable. Cette activité occupe une place importante tant par le volume de travail que par le nombre de personnes qu’elle fait vivre.

Ce mardi 21 janvier 2020, Wangrin et d’autres jeunes du quartier investissent très tôt la berge pour entamer une longue journée après l’ouverture de la « campagne ». Il s’agit du seul moment où l’extraction est possible, après le passage des troupeaux. En effet, l’extraction de sable est interdite pendant la traversée, car les mouvements des pirogues entraînent parfois des noyades de bétail.

Photo 1. 21/01/2020 : les jeunes portent le « tèmè »

Pendant quelques heures d’observation, je regarde les jeunes torses nus luttant contre les coups de vent dans les pirogues et donnant des coups de pelles dans les camions transportant le sable en ville. L’espace de la berge est occupé par les travailleurs du sable et s’étend sur un kilomètre environ. Dans ces mouvements jalonnés de cris d’encouragement et de chansons populaires, j’observe trois grands groupes de travailleurs. Le premier groupe est constitué des travailleurs qui vont chercher le sable avec les pirogues à une vingtaine de kilomètres de la berge. Il y a ensuite les déchargeurs. Ce groupe travaille directement sous la supervision d’un propriétaire de pirogue. Il est chargé de transporter le sable sur une plateforme en bois et de le disposer en petit tas correspondant à un ou plusieurs chargements de camions bennes. Enfin, il y a le groupe qu’on appelle les pelu filila. L’expression veut dire « lanceurs de pelle » en bamanankan. Ce groupe est constitué de travailleurs recrutés sur le tas pour charger les camions bennes. Entre ces différents acteurs, se faufilent les vendeurs ambulants qui proposent des porte-clés, de la nourriture, ou des boomers[1].


Il est 11h00 au bord du Bani[2], Wangrin et son équipe arrivent dans une pirogue remplie de sable. Habillé en culotte noire et d’un tee-shirt rayé de blanc, il porte un képi bleu et sa mine paraît sereine. Une fois la pirogue amarrée à la berge, un jeune garçon d’une dizaine d’années enfonce une barre de fer dans le sable pour éviter que la pirogue ne se déséquilibre. Wangrin et un autre jeune sont chargés de transférer le sable à l’aide d’un tèmè (une sorte de plateau fabriqué avec un morceau de tôle et de bois que l’on porte par quatre manches – voir photo 1) sur la rive pour acheminer le sable vers les camions. Pendant une trentaine de minutes, ils font ce mouvement de va et vient entre la pirogue et la berge pour la vider totalement. Ensuite, le troisième groupe intervient. Il est composé d’au moins cinq personnes bien bâties qui s’occupent de remplir les camions. Ils manipulent les pelles comme un bic sans se blesser. Autour d’eux, une vingtaine de camions bennes stationnent sur la rive et plus d’une centaine de pirogues portant un drapeau sont prêtes à lever l’ancre ou à être déchargées. Tout en gardant ses lunettes de soleil, Wangrin répète le même mouvement avec les autres, sans placer le moindre mot. Il encourage ses coéquipiers en leur tapotant sur l’épaule. Ensuite il vient vers moi pour me saluer et me présenter son patron.

Photo  2. 1/01/2020 : déchargement du sable

Il s’agit d’un homme de taille moyenne, proche de la quarantaine. Il dirige au moins 10 jeunes répartis selon des tâches précises. Vivant de ce travail depuis une vingtaine d’années, il a amassé beaucoup d’argent, mais dit n’avoir pu se marier qu’avec une seule femme parce que ses filles ont gaspillé tout son argent avant qu’il ne prenne conscience qu’il devait économiser. En face du patron, un homme en jean surgit. Il est le chauffeur du camion garé derrière lui. Il est en rage et se dirige vers le patron de Wangrin, le prend par le col de sa chemise et le secoue.

« Je ne peux pas accepter cela. Ce n’est pas une affaire claire ! ». Il est furieux, car les prix d’achat du sable que ses clients lui proposent seraient disproportionnés par rapport à ce qu’on lui fait payer à la berge. « Je paie 30000 F pour charger le camion alors que mon client ne m’a donné que 22000F ».

Son camion est une benne de 10 roues, de 16 m3 de couleur rouge. Le patron de Wangrin ne sort qu’une seule phrase avant de rejoindre son quartier général : « Tu peux aller voir ailleurs, les conditions d’extraction sont devenues plus difficiles maintenant, donc le prix a augmenté ».

Après cette discussion houleuse, le chauffeur finit par demander aux pellu filia de déverser le sable avant de se diriger vers un autre patron d’équipe.

Le bruit des moteurs des camions et des pirogues résonne dans les oreilles, l’effort physique est important et la tension monte. Les jeunes insultent père et mère pour un simple geste manqué, les limites entre l’insulte et plaisanterie se brouillent. Deux jeunes mesurent leur force dans une forme de lutte traditionnelle. Ils se tiennent par la taille, les pieds bien fixés à terre, les têtes en face à face, mais finalement ils s’épuisent et se relâchent très vite. Ils ramassent leurs objets abandonnés parterre et chacun retourne vers son équipe. Les quelques vendeurs ambulants qui s’attroupaient autour ont vite fait de reprendre leur chemin.

Il est 12h45, Wangrin et son équipe reviennent pour leur troisième tour. Le drapeau fixé au bout de la pirogue est coloré de deux bandes bleues aux extrêmes et d’une blanche au milieu qui traduit la paix. La concurrence est rude, ils déchargent totalement la pirogue d’une trentaine de mètres et repartent.

C’est l’heure de la pause, mais déjà le patron sort son portefeuille pour régler les trois tours. Chaque travailleur reçoit la somme de 4500 FCFA. Chaque tout rapporte 1500F. Wangrin, en plus des 1500 F, bénéficie d’une prime de chef d’équipe de 2000 F par tour. Ils ont l’air contents, ils sortent eux aussi leur portefeuille pour ranger ces billets puis prennent une demi-heure de pause devant une vendeuse avant de reprendre la course au sable.

«Allez, les pelles, le plateau, nous partons », lance Wangrin.


Premier auteur et travail de terrain : Bakary Traoré, assistant de recherche

Deuxième auteur : Verena Richardier, docteure en sociologie, ENS de Lyon


[1] Les boomers sont des haut-parleurs en Bluetooth

[2] Une rivière qui prend sa source en Côte d’Ivoire et se jette dans le fleuve Niger à partir de Mopti avec une longueur de 775 km depuis sa source.

Carnet de terrain : entre la girafe et le chacal, les jeunes de Sonsorobugu à l’écoute des formateurs

A Sonsorobougou, une centaine de jeunes de la tranche d’âge de 15 à 26 ans, divisés par groupes de 25, participe à des séances de formations sur des thématiques telles que l’habilité sociale, l’estime de soi mais aussi la communication non violente.

Ce samedi 18 janvier 2020, il est 14h31, une dizaine de jeunes d’un groupe a fait le déplacement. Filles et garçons sont assis, concentrés, les yeux rivés sur les formateurs. D’autres viendront prendre le train en marche. Ils sont encadrés par un groupe de formateurs issus de disciplines diverses, mais formés sur les thématiques citées. La session du jour commence par un rappel de la séance précédente qui portait sur l’attitude de la girafe et du chacal. La girafe représente le recul face à un propos, c’est-à-dire l’observation, tandis que le chacal exprime le jugement.

Durant les deux heures d’activité qui suivent les formateurs échangent avec les jeunes sur les attitudes et les types de paroles qu’ils doivent identifier au quotidien.

Ils commencent par former un cercle. Le premier jeune met ses deux mains au niveau de chaque oreille en faisant un geste qui représente la girafe et désigne une autre personne qui doit faire le même geste avec la main droite tandis que celle qui est à sa gauche reprend ce geste avec la main gauche. Pour faire le chacal, on montre le poing.

Un formateur, moins à l’aise dans les langues locales s’exprime en français, tandis qu’un autre traduit en bamanankan. Un troisième formateur supervise l’ensemble.

Après « l’échauffement », les jeunes rejoignent leur place. Le formateur lance une phrase en demandant s’il s’agit d’un jugement ou d’une observation:

« La deuxième épouse a dit à mon père qu’elle va rendre visite à ses parents ».

Les réponses sont partagées. Pour certains c’est un jugement et pour d’autres, une observation. Le formateur prend la parole pour préciser qu’il s’agit d’une observation, car la femme décrit ce qu’elle fait.

Le formateur introduit une notion de responsabilité dans ce qui nous arrive à partir de la communication non violente. Il explique que les jeunes doivent prendre le temps d’écouter attentivement les paroles qu’ils reçoivent, afin d’éviter d’émettre un jugement négatif.

Les discussions sont orientées autour de cette question, « est-ce que nous sommes responsables de tout ce qui nous arrive ? ». Pour un premier participant, nous sommes totalement responsables de ce qui nous arrive. Pour un deuxième, nous pouvons être responsables de nos actes, mais certains peuvent nous échapper. Une autre question similaire déclenche également des réponses partagées. En continuant l’exercice sur la reconnaissance des phrases portant un jugement ou une observation, le formateur lance « cette fille est une personne méchante ». Les jeunes répondent unanimement qu’il s’agit d’un jugement.

Les minutes passent, la chaleur éreintante et les murmures des jeunes poussent les formateurs à faire preuve de pédagogie. Mais certains moins distraits continuent de répondre aux questions. « Est-ce que l’environnement comprend toutes nos émotions ? », « Est-ce qu’il est facile d’exprimer toutes ses émotions ? », « Est-ce qu’il y a des phrases qui peuvent exprimer ses sentiments ? ». Les jeunes sont divisés sur les réponses. Pour la deuxième question, l’un pense qu’on peut tout dire, un autre lance qu’on ne peut pas tout dire alors qu’un troisième estime qu’on n’est pas obligé de tout dire.

Depuis le début, l’un des jeunes enregistre avec son téléphone mais ne suit pas attentivement. On entend son voisin lui dire d’écouter sérieusement.

Avant de répartir le groupe en deux pour un nouvel exercice, un formateur donne une série de phrases parmi lesquelles les jeunes doivent isoler les affirmations qui traduisent le jugement de celles exprimant une observation.

  1. Je pense que personne ne m’aime.
  2. Je crains qu’il ne parte.
  3. Je pense que je ne peux pas faire ce travail.
  4. J’ai aimé ce que tu m’as dit.
  5. Mon frère souffre.
  6. J’aimerais gifler tout le monde.
  7. Je suis content parce que c’est mon anniversaire.
  8. Cette maison est étroite.
  9. Ah, j’ai aimé cette nouvelle.

Certains suivent, mais d’autres sont absorbés par leur téléphone. Ceux qui suivent ne semblent pas toujours différencier les phrases de jugement des phrases d’observation. Toutefois la salle est globalement toute calme, car cela fait déjà une bonne heure que les jeunes sont assis. Mais l’un des formateurs avance qu’il ne reste que 10 minutes en voyant que certains jeunes ne tiennent plus. Des nouveaux arrivent en retard.

Il est 15h30 : l’heure de la distribution des sachets d’eau et des boissons sucrées. Chaque jeune reçoit une bouteille après avoir signé une fiche.

Soudain, un monsieur entre sans saluer et interrompt le formateur. Il part s’asseoir sur un banc un peu au fond de la salle. Cet homme est l’un des leaders communautaires chargés dans le projet de faire l’interface entre les jeunes et les formateurs. Il fait le tour de la salle d’un seul coup de regard.

Les mouvements générés par la distribution des boissons distraient les jeunes et certains cherchent la porte de sortie. Les formateurs rappellent la conduite à tenir.

A 16h03, l’évaluation finale de la séance est lancée. Elle consiste à exprimer trois réactions : si on a aimé, on lève la main haut, sinon, au milieu et enfin par terre. Certains jeunes lèvent les mains au niveau du front pour montrer qu’ils ont parfaitement compris. D’autres se sont accroupis pour montrer qu’il n’est pas facile d’exprimer ses sentiments. D’aucuns ont carrément mis les mains à terre pour dire qu’ils ne connaissent personne qui n’exprime pas ses sentiments.

A la fin, ils forment de nouveau un cercle comme au début en se tenant les mains. Chacun avance un peu vers le centre sans lâcher la main de son voisin en disant : « Je suis venu étant content à la séance de formation, mais je repars ravi » ou encore, « je n’étais pas très en forme à mon arrivée mais je repars avec plein de joie ». Ils applaudissent et félicitent les formateurs en se disant au revoir pour la prochaine séance.


Premier auteur et travail de terrain : Bakary Traoré, assistant de recherche

Deuxième auteur : Verena Richardier, docteure en sociologie, ENS de Lyon

Carnet de terrain : du « Bas fond » à Sonsorobugu, récit de ville avec les jeunes et leaders du quartier

L’état actuel de Sonsorobugu n’explique pas tout sur le quartier. Pour en savoir plus, nous avons rencontré des jeunes et des leaders communautaires qui se sont prêtés à l’exercice d’un « récit de ville[1] ». Deux leaders communautaires, une femme et un homme (Le Savant et Tamarfa), ainsi qu’une dizaine de jeunes ont accepté de consacrer une demi-journée à parcourir les ruelles et les couloirs du quartier avec nous. L’objectif était de nous montrer les limites du quartier, de parler de l’évolution des constructions, de certains personnages et des anecdotes mais aussi des souvenirs d’enfance depuis la vie au bas fond jusqu’à l’occupation de l’actuel territoire de Sonsorobugu. Ce jour, les jeunes se sont particulièrement appliqués à s’habiller et portent les casquettes bleues de l’ONG du projet suivi.

Nous sommes dimanche 10 novembre 2020, il est 9h00, lorsque que le dernier jeune rejoint le groupe devant la maison d’un autre leader en face du garage automobile. Les deux leaders qui sont chargés de diriger la visite se sont retirés à côté pour échanger pendant quelques minutes. C’est un dimanche de mariage dans le quartier. On en compte deux. A peine la visite commencée par le terrain de football en face de la nouvelle école primaire publique, on voit des jeunes faire le cabriolet avec les motos. L’un d’entre eux est un neveu du leader qui dirige le groupe. Il fonce vers le groupe en ronflant la moto avec la main sur le klaxon. Certains sautent de l’autre côté pour le laisser passer. Après quelques échanges avec le jeune motard, le Savant, commence sa narration.

« Sonsorobugu commence par ici au niveau du garage. Parce que lorsque nous quittions le Bas fond pour venir ici en 87, nous avions trouvé quelques constructions ici. Il y avait le garage ici. Il y avait les arabes ici, ensuite on a trouvé des puits creusés ici. Derrière les garages et les arabes, tout cet espace était vide. Il n’y avait que de l’eau des marécages et des jardins. Entre le Bas fond et Sonsorobugu, il y avait des jardins, des champs. A l’époque c’était même dangereux de s’aventurer vers la zone. Quand nous sommes arrivés, ils ont mesuré les parcelles pour les donner aux occupants. Nous ne sommes pas venus de notre propre gré mais avec l’autorisation de la mairie ».

Les jeunes forment un cercle autour d’eux et ils écoutent attentivement. Le bruit des motards ne cesse de monter. Tarmafa demande pardon au Savant pour l’interrompre et rappeler un passage : « Le jour où Sonsorobugu s’installait ici, il y avait un incendie dans le Bas Fond, il ne faut pas oublier ce passage. On racontait qu’il y avait un margouillat dont la tête est jaune qui se transformait en génie pour mettre du feu. Donc, dès qu’ils voyaient un margouillat (type de lézard), on le poursuivait ».

Le Savant reprend la parole : « En tout cas ce que je peux te dire c’est qu’au moment où les gens du Bas Fond s’installaient à Sonsorobugu il y avait des cases en paille. Et partout où il y a la paille avec le vent il y a le feu. Ce qui provoquait des incendies. Mais les questions de génie et autres sont des rumeurs ».

Pour montrer que les incendies continuaient de se produire même avec le déplacement, le Savant ajoute : « Il y avait des lapins que les gens prenaient pour le diable qui mettait le feu. Tout cela sont des rumeurs ».

« A notre niveau les Tufa Bugu (maison en paille sur pilotis) n’ont pas prospéré. Lorsqu’une famille ou une personne savait pertinemment que sa parcelle était bien remblayée et que ta maison pouvait résister à la pluie tu pouvais construire en banco [2] »précise encore Le Savant.

Parmi les jeunes, certains causent entre eux, d’autres suivent les descriptions. Les deux leaders continuent tout de même et on arrive en face d’un grand espace appelé Sans Fil. Tarmafa montre une famille qui serait celle du vigile de la radio Sans Fil.

Et Le Savant enchaîne avec l’explication sur cette radio : « C’était ici le Sans Fil. Ces maisons en banco. Dès que tu entends parler de Sans Fil c’est cette maison. La pièce unique isolée un peu devant là-bas était la maison du vigile. Mais aujourd’hui, c’est pour l’AMAP (Agence Malienne pour la Publicité). Tu vois les poteaux là-bas les antennes étaient installées là-dessus avec de longs fils. A l’époque, à commencer par l’arrière du gouvernorat jusqu’ici, c’était un espace vide et les champs de riz ».

Il poursuit : « Si tu prends la ville de Mopti tous les services et administrations sont installés au bord du fleuve. Le gouvernorat, la mairie et le centre de santé ».

Sur la question de savoir s’il y avait des permis d’occupation délivrés par la mairie, le Savant répond qu’il faut s’adresser aux aînés pour avoir la réponse. Continuant vers l’une des quatre bornes fontaines du quartier, Tarmafa intervient : « Est-ce qu’il souhaite aller voir les limites du quartier qui ont été confisqués par les nouveaux arrivants ou il faut aller vers la mosquée du chef de secteur ? ».

On opte pour les limites afin de terminer la première étape du récit de ville. Les jeunes continuent de se taquiner.

Mais Le Savant éclaircit le point de Tarmafa sur l’occupation des parcelles par les nouveaux arrivants : « Les parcelles qui ont été confisquées n’étaient pas encore occupées par les habitants de Sonsorobugu ».

Nous avançons pour arriver aux limites des deux territoires, l’ancien site occupé par les gens de Sonsorobugu et les nouveaux bâtiments en dur réalisés par certains nantis de la ville. A 10h30, les deux leaders ralentissent pour échanger deux mots en songhaï.

Mais juste après Tarmafa nous revient pour dire : « Je crois qu’il a sauté une partie et je l’ai rappelé » dit-elle avant de continuer : « Il y avait un Waliju (érudit) qui vivait de ce côté de Sonsorobugu. Mais avec le déplacement de Sonsorobugu, il est parti vers là-bas ».

Le Savant, qui ne semble pas d’accord avec cette explication, donne son point de vue :

« Comprenons-nous. Il ne vivait pas à Sonsorobugu. L’endroit où on l’apercevait auparavant c’était près d’un dattier du désert au niveau de Sans Fil. Aux dires des gens, ils s’asseyaient sous ce dattier sans grand intérêt pour les autres. Après il se serait avancé pour s’installer sur un monticule. Après sa mort il a été enterré au cimetière du Bas fond. C’était un voyant chez qui les gens venaient parler de leurs problèmes. Il ne prenait pas d’argent. Il était assez vieux. Les gens venaient lui donner des fruits. On ne l’a pas vu construire. Il passait toutes les périodes de l’année au même endroit ».


Premier auteur et travail de terrain : Bakary Traoré, assistant de recherche

Deuxième auteur : Verena Richardier, docteure en sociologie, ENS de Lyon


[1]Laurence Roulleau-Berger, « Récits de villes de jeunes nomades », Les Annales de la Recherche Urbaine, 1989, vol. 42, no 1, pp. 57-65

[2] Maisons en briques rouges