Carnet de terrain : sur les rives du Bani à Sonsorobugu, l’extraction de sable

Lors de nos investigations dans le quartier de Sonsorobugu à Mopti, la question du travail et de l’autonomie des jeunes a attiré notre attention. La précarité économique et foncière du quartier, ajoutée aux problèmes de déscolarisation des jeunes leur laisse moins d’opportunités. En effet, les principaux secteurs d’activité que l’on rencontre dans le quartier se résument à la confection de briques en terre, au travail de manœuvres dans la construction des nouvelles maisons qui empiètent sur le site du quartier et aux quelques rares boutiques qui proposent des denrées alimentaires aux habitants. A la recherche de travail saisonnier, les jeunes sortent du quartier et deviennent coursiers de commerce ou piroguiers dans le transport du sable. Cette activité occupe une place importante tant par le volume de travail que par le nombre de personnes qu’elle fait vivre.

Ce mardi 21 janvier 2020, Wangrin et d’autres jeunes du quartier investissent très tôt la berge pour entamer une longue journée après l’ouverture de la « campagne ». Il s’agit du seul moment où l’extraction est possible, après le passage des troupeaux. En effet, l’extraction de sable est interdite pendant la traversée, car les mouvements des pirogues entraînent parfois des noyades de bétail.

Photo 1. 21/01/2020 : les jeunes portent le « tèmè »

Pendant quelques heures d’observation, je regarde les jeunes torses nus luttant contre les coups de vent dans les pirogues et donnant des coups de pelles dans les camions transportant le sable en ville. L’espace de la berge est occupé par les travailleurs du sable et s’étend sur un kilomètre environ. Dans ces mouvements jalonnés de cris d’encouragement et de chansons populaires, j’observe trois grands groupes de travailleurs. Le premier groupe est constitué des travailleurs qui vont chercher le sable avec les pirogues à une vingtaine de kilomètres de la berge. Il y a ensuite les déchargeurs. Ce groupe travaille directement sous la supervision d’un propriétaire de pirogue. Il est chargé de transporter le sable sur une plateforme en bois et de le disposer en petit tas correspondant à un ou plusieurs chargements de camions bennes. Enfin, il y a le groupe qu’on appelle les pelu filila. L’expression veut dire « lanceurs de pelle » en bamanankan. Ce groupe est constitué de travailleurs recrutés sur le tas pour charger les camions bennes. Entre ces différents acteurs, se faufilent les vendeurs ambulants qui proposent des porte-clés, de la nourriture, ou des boomers[1].


Il est 11h00 au bord du Bani[2], Wangrin et son équipe arrivent dans une pirogue remplie de sable. Habillé en culotte noire et d’un tee-shirt rayé de blanc, il porte un képi bleu et sa mine paraît sereine. Une fois la pirogue amarrée à la berge, un jeune garçon d’une dizaine d’années enfonce une barre de fer dans le sable pour éviter que la pirogue ne se déséquilibre. Wangrin et un autre jeune sont chargés de transférer le sable à l’aide d’un tèmè (une sorte de plateau fabriqué avec un morceau de tôle et de bois que l’on porte par quatre manches – voir photo 1) sur la rive pour acheminer le sable vers les camions. Pendant une trentaine de minutes, ils font ce mouvement de va et vient entre la pirogue et la berge pour la vider totalement. Ensuite, le troisième groupe intervient. Il est composé d’au moins cinq personnes bien bâties qui s’occupent de remplir les camions. Ils manipulent les pelles comme un bic sans se blesser. Autour d’eux, une vingtaine de camions bennes stationnent sur la rive et plus d’une centaine de pirogues portant un drapeau sont prêtes à lever l’ancre ou à être déchargées. Tout en gardant ses lunettes de soleil, Wangrin répète le même mouvement avec les autres, sans placer le moindre mot. Il encourage ses coéquipiers en leur tapotant sur l’épaule. Ensuite il vient vers moi pour me saluer et me présenter son patron.

Photo  2. 1/01/2020 : déchargement du sable

Il s’agit d’un homme de taille moyenne, proche de la quarantaine. Il dirige au moins 10 jeunes répartis selon des tâches précises. Vivant de ce travail depuis une vingtaine d’années, il a amassé beaucoup d’argent, mais dit n’avoir pu se marier qu’avec une seule femme parce que ses filles ont gaspillé tout son argent avant qu’il ne prenne conscience qu’il devait économiser. En face du patron, un homme en jean surgit. Il est le chauffeur du camion garé derrière lui. Il est en rage et se dirige vers le patron de Wangrin, le prend par le col de sa chemise et le secoue.

« Je ne peux pas accepter cela. Ce n’est pas une affaire claire ! ». Il est furieux, car les prix d’achat du sable que ses clients lui proposent seraient disproportionnés par rapport à ce qu’on lui fait payer à la berge. « Je paie 30000 F pour charger le camion alors que mon client ne m’a donné que 22000F ».

Son camion est une benne de 10 roues, de 16 m3 de couleur rouge. Le patron de Wangrin ne sort qu’une seule phrase avant de rejoindre son quartier général : « Tu peux aller voir ailleurs, les conditions d’extraction sont devenues plus difficiles maintenant, donc le prix a augmenté ».

Après cette discussion houleuse, le chauffeur finit par demander aux pellu filia de déverser le sable avant de se diriger vers un autre patron d’équipe.

Le bruit des moteurs des camions et des pirogues résonne dans les oreilles, l’effort physique est important et la tension monte. Les jeunes insultent père et mère pour un simple geste manqué, les limites entre l’insulte et plaisanterie se brouillent. Deux jeunes mesurent leur force dans une forme de lutte traditionnelle. Ils se tiennent par la taille, les pieds bien fixés à terre, les têtes en face à face, mais finalement ils s’épuisent et se relâchent très vite. Ils ramassent leurs objets abandonnés parterre et chacun retourne vers son équipe. Les quelques vendeurs ambulants qui s’attroupaient autour ont vite fait de reprendre leur chemin.

Il est 12h45, Wangrin et son équipe reviennent pour leur troisième tour. Le drapeau fixé au bout de la pirogue est coloré de deux bandes bleues aux extrêmes et d’une blanche au milieu qui traduit la paix. La concurrence est rude, ils déchargent totalement la pirogue d’une trentaine de mètres et repartent.

C’est l’heure de la pause, mais déjà le patron sort son portefeuille pour régler les trois tours. Chaque travailleur reçoit la somme de 4500 FCFA. Chaque tout rapporte 1500F. Wangrin, en plus des 1500 F, bénéficie d’une prime de chef d’équipe de 2000 F par tour. Ils ont l’air contents, ils sortent eux aussi leur portefeuille pour ranger ces billets puis prennent une demi-heure de pause devant une vendeuse avant de reprendre la course au sable.

«Allez, les pelles, le plateau, nous partons », lance Wangrin.


Premier auteur et travail de terrain : Bakary Traoré, assistant de recherche

Deuxième auteur : Verena Richardier, docteure en sociologie, ENS de Lyon


[1] Les boomers sont des haut-parleurs en Bluetooth

[2] Une rivière qui prend sa source en Côte d’Ivoire et se jette dans le fleuve Niger à partir de Mopti avec une longueur de 775 km depuis sa source.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.