Carnet de terrain : entre la girafe et le chacal, les jeunes de Sonsorobugu à l’écoute des formateurs

A Sonsorobougou, une centaine de jeunes de la tranche d’âge de 15 à 26 ans, divisés par groupes de 25, participe à des séances de formations sur des thématiques telles que l’habilité sociale, l’estime de soi mais aussi la communication non violente.

Ce samedi 18 janvier 2020, il est 14h31, une dizaine de jeunes d’un groupe a fait le déplacement. Filles et garçons sont assis, concentrés, les yeux rivés sur les formateurs. D’autres viendront prendre le train en marche. Ils sont encadrés par un groupe de formateurs issus de disciplines diverses, mais formés sur les thématiques citées. La session du jour commence par un rappel de la séance précédente qui portait sur l’attitude de la girafe et du chacal. La girafe représente le recul face à un propos, c’est-à-dire l’observation, tandis que le chacal exprime le jugement.

Durant les deux heures d’activité qui suivent les formateurs échangent avec les jeunes sur les attitudes et les types de paroles qu’ils doivent identifier au quotidien.

Ils commencent par former un cercle. Le premier jeune met ses deux mains au niveau de chaque oreille en faisant un geste qui représente la girafe et désigne une autre personne qui doit faire le même geste avec la main droite tandis que celle qui est à sa gauche reprend ce geste avec la main gauche. Pour faire le chacal, on montre le poing.

Un formateur, moins à l’aise dans les langues locales s’exprime en français, tandis qu’un autre traduit en bamanankan. Un troisième formateur supervise l’ensemble.

Après « l’échauffement », les jeunes rejoignent leur place. Le formateur lance une phrase en demandant s’il s’agit d’un jugement ou d’une observation:

« La deuxième épouse a dit à mon père qu’elle va rendre visite à ses parents ».

Les réponses sont partagées. Pour certains c’est un jugement et pour d’autres, une observation. Le formateur prend la parole pour préciser qu’il s’agit d’une observation, car la femme décrit ce qu’elle fait.

Le formateur introduit une notion de responsabilité dans ce qui nous arrive à partir de la communication non violente. Il explique que les jeunes doivent prendre le temps d’écouter attentivement les paroles qu’ils reçoivent, afin d’éviter d’émettre un jugement négatif.

Les discussions sont orientées autour de cette question, « est-ce que nous sommes responsables de tout ce qui nous arrive ? ». Pour un premier participant, nous sommes totalement responsables de ce qui nous arrive. Pour un deuxième, nous pouvons être responsables de nos actes, mais certains peuvent nous échapper. Une autre question similaire déclenche également des réponses partagées. En continuant l’exercice sur la reconnaissance des phrases portant un jugement ou une observation, le formateur lance « cette fille est une personne méchante ». Les jeunes répondent unanimement qu’il s’agit d’un jugement.

Les minutes passent, la chaleur éreintante et les murmures des jeunes poussent les formateurs à faire preuve de pédagogie. Mais certains moins distraits continuent de répondre aux questions. « Est-ce que l’environnement comprend toutes nos émotions ? », « Est-ce qu’il est facile d’exprimer toutes ses émotions ? », « Est-ce qu’il y a des phrases qui peuvent exprimer ses sentiments ? ». Les jeunes sont divisés sur les réponses. Pour la deuxième question, l’un pense qu’on peut tout dire, un autre lance qu’on ne peut pas tout dire alors qu’un troisième estime qu’on n’est pas obligé de tout dire.

Depuis le début, l’un des jeunes enregistre avec son téléphone mais ne suit pas attentivement. On entend son voisin lui dire d’écouter sérieusement.

Avant de répartir le groupe en deux pour un nouvel exercice, un formateur donne une série de phrases parmi lesquelles les jeunes doivent isoler les affirmations qui traduisent le jugement de celles exprimant une observation.

  1. Je pense que personne ne m’aime.
  2. Je crains qu’il ne parte.
  3. Je pense que je ne peux pas faire ce travail.
  4. J’ai aimé ce que tu m’as dit.
  5. Mon frère souffre.
  6. J’aimerais gifler tout le monde.
  7. Je suis content parce que c’est mon anniversaire.
  8. Cette maison est étroite.
  9. Ah, j’ai aimé cette nouvelle.

Certains suivent, mais d’autres sont absorbés par leur téléphone. Ceux qui suivent ne semblent pas toujours différencier les phrases de jugement des phrases d’observation. Toutefois la salle est globalement toute calme, car cela fait déjà une bonne heure que les jeunes sont assis. Mais l’un des formateurs avance qu’il ne reste que 10 minutes en voyant que certains jeunes ne tiennent plus. Des nouveaux arrivent en retard.

Il est 15h30 : l’heure de la distribution des sachets d’eau et des boissons sucrées. Chaque jeune reçoit une bouteille après avoir signé une fiche.

Soudain, un monsieur entre sans saluer et interrompt le formateur. Il part s’asseoir sur un banc un peu au fond de la salle. Cet homme est l’un des leaders communautaires chargés dans le projet de faire l’interface entre les jeunes et les formateurs. Il fait le tour de la salle d’un seul coup de regard.

Les mouvements générés par la distribution des boissons distraient les jeunes et certains cherchent la porte de sortie. Les formateurs rappellent la conduite à tenir.

A 16h03, l’évaluation finale de la séance est lancée. Elle consiste à exprimer trois réactions : si on a aimé, on lève la main haut, sinon, au milieu et enfin par terre. Certains jeunes lèvent les mains au niveau du front pour montrer qu’ils ont parfaitement compris. D’autres se sont accroupis pour montrer qu’il n’est pas facile d’exprimer ses sentiments. D’aucuns ont carrément mis les mains à terre pour dire qu’ils ne connaissent personne qui n’exprime pas ses sentiments.

A la fin, ils forment de nouveau un cercle comme au début en se tenant les mains. Chacun avance un peu vers le centre sans lâcher la main de son voisin en disant : « Je suis venu étant content à la séance de formation, mais je repars ravi » ou encore, « je n’étais pas très en forme à mon arrivée mais je repars avec plein de joie ». Ils applaudissent et félicitent les formateurs en se disant au revoir pour la prochaine séance.


Premier auteur et travail de terrain : Bakary Traoré, assistant de recherche

Deuxième auteur : Verena Richardier, docteure en sociologie, ENS de Lyon


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.