Carnet de terrain : du “Bas fond” à Sonsorobugu, récit de ville avec les jeunes et leaders du quartier

L’état actuel de Sonsorobugu n’explique pas tout sur le quartier. Pour en savoir plus, nous avons rencontré des jeunes et des leaders communautaires qui se sont prêtés à l’exercice d’un « récit de ville[1] ». Deux leaders communautaires, une femme et un homme (Le Savant et Tamarfa), ainsi qu’une dizaine de jeunes ont accepté de consacrer une demi-journée à parcourir les ruelles et les couloirs du quartier avec nous. L’objectif était de nous montrer les limites du quartier, de parler de l’évolution des constructions, de certains personnages et des anecdotes mais aussi des souvenirs d’enfance depuis la vie au bas fond jusqu’à l’occupation de l’actuel territoire de Sonsorobugu. Ce jour, les jeunes se sont particulièrement appliqués à s’habiller et portent les casquettes bleues de l’ONG du projet suivi.

Nous sommes dimanche 10 novembre 2020, il est 9h00, lorsque que le dernier jeune rejoint le groupe devant la maison d’un autre leader en face du garage automobile. Les deux leaders qui sont chargés de diriger la visite se sont retirés à côté pour échanger pendant quelques minutes. C’est un dimanche de mariage dans le quartier. On en compte deux. A peine la visite commencée par le terrain de football en face de la nouvelle école primaire publique, on voit des jeunes faire le cabriolet avec les motos. L’un d’entre eux est un neveu du leader qui dirige le groupe. Il fonce vers le groupe en ronflant la moto avec la main sur le klaxon. Certains sautent de l’autre côté pour le laisser passer. Après quelques échanges avec le jeune motard, le Savant, commence sa narration.

« Sonsorobugu commence par ici au niveau du garage. Parce que lorsque nous quittions le Bas fond pour venir ici en 87, nous avions trouvé quelques constructions ici. Il y avait le garage ici. Il y avait les arabes ici, ensuite on a trouvé des puits creusés ici. Derrière les garages et les arabes, tout cet espace était vide. Il n’y avait que de l’eau des marécages et des jardins. Entre le Bas fond et Sonsorobugu, il y avait des jardins, des champs. A l’époque c’était même dangereux de s’aventurer vers la zone. Quand nous sommes arrivés, ils ont mesuré les parcelles pour les donner aux occupants. Nous ne sommes pas venus de notre propre gré mais avec l’autorisation de la mairie ».

Les jeunes forment un cercle autour d’eux et ils écoutent attentivement. Le bruit des motards ne cesse de monter. Tarmafa demande pardon au Savant pour l’interrompre et rappeler un passage : « Le jour où Sonsorobugu s’installait ici, il y avait un incendie dans le Bas Fond, il ne faut pas oublier ce passage. On racontait qu’il y avait un margouillat dont la tête est jaune qui se transformait en génie pour mettre du feu. Donc, dès qu’ils voyaient un margouillat (type de lézard), on le poursuivait ».

Le Savant reprend la parole : « En tout cas ce que je peux te dire c’est qu’au moment où les gens du Bas Fond s’installaient à Sonsorobugu il y avait des cases en paille. Et partout où il y a la paille avec le vent il y a le feu. Ce qui provoquait des incendies. Mais les questions de génie et autres sont des rumeurs ».

Pour montrer que les incendies continuaient de se produire même avec le déplacement, le Savant ajoute : « Il y avait des lapins que les gens prenaient pour le diable qui mettait le feu. Tout cela sont des rumeurs ».

« A notre niveau les Tufa Bugu (maison en paille sur pilotis) n’ont pas prospéré. Lorsqu’une famille ou une personne savait pertinemment que sa parcelle était bien remblayée et que ta maison pouvait résister à la pluie tu pouvais construire en banco [2] »précise encore Le Savant.

Parmi les jeunes, certains causent entre eux, d’autres suivent les descriptions. Les deux leaders continuent tout de même et on arrive en face d’un grand espace appelé Sans Fil. Tarmafa montre une famille qui serait celle du vigile de la radio Sans Fil.

Et Le Savant enchaîne avec l’explication sur cette radio : « C’était ici le Sans Fil. Ces maisons en banco. Dès que tu entends parler de Sans Fil c’est cette maison. La pièce unique isolée un peu devant là-bas était la maison du vigile. Mais aujourd’hui, c’est pour l’AMAP (Agence Malienne pour la Publicité). Tu vois les poteaux là-bas les antennes étaient installées là-dessus avec de longs fils. A l’époque, à commencer par l’arrière du gouvernorat jusqu’ici, c’était un espace vide et les champs de riz ».

Il poursuit : « Si tu prends la ville de Mopti tous les services et administrations sont installés au bord du fleuve. Le gouvernorat, la mairie et le centre de santé ».

Sur la question de savoir s’il y avait des permis d’occupation délivrés par la mairie, le Savant répond qu’il faut s’adresser aux aînés pour avoir la réponse. Continuant vers l’une des quatre bornes fontaines du quartier, Tarmafa intervient : « Est-ce qu’il souhaite aller voir les limites du quartier qui ont été confisqués par les nouveaux arrivants ou il faut aller vers la mosquée du chef de secteur ? ».

On opte pour les limites afin de terminer la première étape du récit de ville. Les jeunes continuent de se taquiner.

Mais Le Savant éclaircit le point de Tarmafa sur l’occupation des parcelles par les nouveaux arrivants : « Les parcelles qui ont été confisquées n’étaient pas encore occupées par les habitants de Sonsorobugu ».

Nous avançons pour arriver aux limites des deux territoires, l’ancien site occupé par les gens de Sonsorobugu et les nouveaux bâtiments en dur réalisés par certains nantis de la ville. A 10h30, les deux leaders ralentissent pour échanger deux mots en songhaï.

Mais juste après Tarmafa nous revient pour dire : « Je crois qu’il a sauté une partie et je l’ai rappelé » dit-elle avant de continuer : « Il y avait un Waliju (érudit) qui vivait de ce côté de Sonsorobugu. Mais avec le déplacement de Sonsorobugu, il est parti vers là-bas ».

Le Savant, qui ne semble pas d’accord avec cette explication, donne son point de vue :

« Comprenons-nous. Il ne vivait pas à Sonsorobugu. L’endroit où on l’apercevait auparavant c’était près d’un dattier du désert au niveau de Sans Fil. Aux dires des gens, ils s’asseyaient sous ce dattier sans grand intérêt pour les autres. Après il se serait avancé pour s’installer sur un monticule. Après sa mort il a été enterré au cimetière du Bas fond. C’était un voyant chez qui les gens venaient parler de leurs problèmes. Il ne prenait pas d’argent. Il était assez vieux. Les gens venaient lui donner des fruits. On ne l’a pas vu construire. Il passait toutes les périodes de l’année au même endroit ».


Premier auteur et travail de terrain : Bakary Traoré, assistant de recherche

Deuxième auteur : Verena Richardier, docteure en sociologie, ENS de Lyon


[1]Laurence Roulleau-Berger, « Récits de villes de jeunes nomades », Les Annales de la Recherche Urbaine, 1989, vol. 42, no 1, pp. 57-65

[2] Maisons en briques rouges


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.