Parole de jeunes : grossesse et changement de statut – paroles de filles-mères

Contexte

La situation des « filles-mères » est apparue très tôt dans notre recherche à Sonsorobugu, quartier périphérique de Mopti. La question de la sexualité des jeunes est continuellement posée par les habitants, comme un risque, un danger, le résultat d’un comportement débridé, mis en lien avec l’insalubrité du quartier. Il est vrai que les contacts entre jeunes filles et garçons sont nombreux dans ce quartier où la rue la plus large ne dépasse pas deux mètres. Les nombreuses « chambres des garçons[1] » rendent également possible une expérience sexuelle précoce.

Nous avons discuté avec sept filles-mères. Sur ces sept jeunes filles, l’une n’a pas souhaité parler de ce sujet, encore trop douloureux. Nous présentons ici les paroles de quatre d’entre-elles qui ont accepté d’aborder de manière plus approfondie leur expérience : Sutura (18 ans), Fanny (16 ans), Bijou (16 ans), Binta (19 ans). Une seule jeune fille a pu continuer l’école sur les sept, deux ont dû arrêter à cause de leur grossesse, faute de financement de la part de leurs proches.

Le temps de la grossesse

Sutura, 18 ans :

«Avant mon accouchement, je m’occupais de moi-même. Pendant ma grossesse, je n’ai pas eu trop de problèmes. En dehors des fièvres passagères je n’ai pas eu de problème. Mais dans la famille, je ne m’entendais pas avec les parents. C’est à cause de la grossesse qu’on ne s’entendait pas. C’était avec ma mère et mon père. Et c’est lorsque je suis allée au centre de santé avec maman qu’il a été établi que je suis enceinte. C’est en ce moment que ma mère a compris. Avant qu’ils ne connaissent le père de l’enfant, je le cachais. Quand ils m’ont coincé, j’ai dit la vérité. Et c’est là qu’elle a arrêté de faire des reproches. Moi-même j’avais honte, je ne sortais pas. Parce que je ne voulais pas tomber enceinte. Mais c’est la volonté de Dieu. Le père de l’enfant quand même savait qu’on allait avoir un enfant. On n’en avait pas parlé. Et c’est lui-même qui a dit que j’étais enceinte mais je ne savais pas. Quand je suis tombée enceinte, j’ai fait cinq mois de CPN[2] mais je ne suis plus allée pour la suite »[3].

Si Sutura est tombée enceinte dans une relation libre, le cas de Binta est différente, car ses parents avaient accepté les premiers colas[4] de fiançailles. Binta est tombée enceinte de son petit ami, un autre homme qui n’était pas le fiancé prévu par ses parents :

«  Lorsque j’étais en 7ème année[5]un homme voulait me marier. Ils ont partagé la cola et le sel. Dieu a fait que je suis tombée enceinte quand j’étais en 9ème année. C’est en ce moment que mon père a dit qu’il ne va plus payer mes frais de scolarité et qu’il ne prendra aucune de mes dépenses en matière d’études. C’est la raison pour laquelle j’ai abandonné. Depuis que j’ai eu l’enfant, il (le père[6]) n’a ni donné le prix du savon, ni du lait[7]. C’est ma mère qui donne l’argent ou bien lorsque moi-même je gagne quelques francs j’achète le savon et le lait. C’est avec cela que j’achète les habits. Ma mère aussi achète les habits. Mais lui-même, on l’appelle en vain. Le jour où on tombe sur lui aussi, il n’a rien de bon à dire »[8].

Quant à Fanny, elle non plus ne s’entend plus avec ses parents depuis qu’elle est tombée enceinte :

« J’avais 14 ans lorsque je suis tombée enceinte. Pendant ma grossesse, je partais faire les CPN, les échos et la prise de sang. Je suis allée pendant les 9 mois. C’est son père[9] qui a payé tous les frais. Pendant ce temps, je ne m’entendais pas avec les membres de la famille. Surtout entre les parents et les aînés. Ils étaient frustrés. Tu sais qu’ils n’étaient pas contents et on ne peut pas parler d’entente en ce moment. Ils me disaient des propos qui me faisaient mal. Ils me rabaissaient, ils m’insultaient, pas de causerie, pas de sortie, rien du tout ! Tout le temps la mine serrée, c’est comme si le monde était arrêté en ce moment. Je voyais qu’ils m’aimaient avant la grossesse. Mais depuis que je suis tombée enceinte, on ne s’entendait plus. Mon grand frère ne me parlait pas. C’est récemment qu’il a commencé à me parler. Il est à Bamako, il vient de terminer ses études. Mais je mangeais, je dormais, je me lavais, je faisais mes trucs, mais il n’y avait pas de communication entre nous. Ils ne voulaient même pas entendre parler de moi. Ce n’était pas ma volonté de tomber enceinte. Ce fut un accident sinon je ne pensais pas à cela. On ne s’était pas convenu sur cela. Mais c’est la volonté de Dieu »[10].

Bijou ayant vécu la même expérience explique ceci :

« Pendant la grossesse je partais au centre de santé. J’avais mal au ventre. On m’achetait des racines d’arbres pour faire des décoctions que je buvais. Mais je suis allée faire les CPN deux fois. Je ne me souviens pas du mois. Et c’est la mère de mon copain qui payait les frais d’ordonnance. Elle venait me rendre visite quand j’étais malade. Je ne dormais pas bien. Pendant la grossesse je ne pouvais pas me coucher sur le côté. J’avais mal partout. Même lorsqu’on m’adressait la parole, je répondais méchamment. Je ne pouvais pas manger du « to[11] » et du riz. Je vomissais quand j’en prenais. Donc, on m’achetait à manger. Je ne m’entendais pas bien avec les gens de la famille. Seule une tante m’aimait. C’est elle qui m’aidait dans les démarches au centre de santé. Ils n’étaient pas contents car ils croyaient qu’il n’y aurait pas de père à l’enfant. Pendant ce temps, je voulais manger de la viande ou du poulet mais je n’avais pas les moyens. Pendant ce temps, je le voyais avec une autre que je connais très bien. Mais qu’est-ce que je peux faire ?»[12].

S’occuper de soi et de l’enfant face au regard des autres

Le temps de la grossesse est un moment clé, durant lequel se reconfigurent les relations intrafamiliales. Certaines tensions se renforcent, certains liens se consolident. Les bébés semblent toutefois épargnés par le stigmate de leur mère.

Le moment de la grossesse est un moment charnière, car c’est celui de l’incertitude de la paternité. On peut distinguer quatre figures de pères selon les jeunes filles, allant du « pire » au « meilleur ». Le père ne reconnaissant pas son enfant est le plus stigmatisant pour les jeunes mères. Ensuite, deux figures s’entremêlent, celle du père reconnaissant son enfant et aidant financièrement la mère et celle du père reconnaissant son enfant, mais ne soutenant pas la mère. Ce cas est le plus fréquent. Enfin, la figure du père mariant la mère est celle cristallisant tous les espoirs, mais elle est rare.

Le changement de statut de jeune fille à fille-mère conduit à vivre l’expérience brutale d’un changement de parcours et d’une nouvelle tentative de reconstruction de soi. Dans ces conditions, les jeunes filles tentent également d’effacer le poids de ce qui est exprimé comme une « charge » et de regagner l’estime de leurs familles en exerçant le plus souvent de petits commerces. Le mariage, tout en restant l’horizon qu’elles semblent le plus désirer, apparaît comme une stratégie, parmi d’autres, pour surmonter leur stigmate.

Premier auteur et travail de terrain : Bakary Traoré, assistant de recherche

Deuxième auteur : Verena Richardier, docteure en sociologie, ENS de Lyon


[1]Il s’agit d’une petite chambre unique d’environ deux mètres sur deux située soit à l’entrée de la cour, soit à l’extérieur. Elle sert de dortoir pour les jeunes garçons entre 16 et 20 ans. Ils peuvent y former leur grin mais sont aussi rejoints par les filles de même âge. Ils y sont libres de tout de mouvement. Elles sont construites sous l’autorité des aînés pour éviter qu’ils dorment avec leurs petites sœurs dans la même chambre.

[2]Consultations Prénatales, elles consistent en des visites mensuelles pour le suivi durant toute la période de grossesse.

[3]Sutura, vendeuse ambulante, 18 ans, aînée d’une fratrie de 5 enfants, avec un enfant de 6 mois, vivant avec ses parents, Entretien réalisé le jeudi 16/01/2020, Sonsorobugu.

[4] Arbre d’Afrique de l’ouest dont les fruits sont appréciés pour être symbole de la cohésion. Les fruits matérialisent l’intention de mariage.

[5] La 7ème année est le deuxième cycle de l’enseignement fondamental au Mali, correspond à la 4ème année de collège.

[6] Il s’agit du père de l’enfant qui ne vit plus dans le même quartier qu’elle. Il ne participe plus à aucune charge d’entretien ni de la mère, ni de l’enfant.

[7]Le lait et le savon représentent symboliquement les biens liés aux besoins des bébés.

[8]Binta, 19 ans, fille mère, ainée d’une fratrie de 7 enfants, vivant avec ses parents, entretien réalisé le 22/08/2019, Sonsorobugu.

[9] Le père de l’enfant, son partenaire.

[10] Fanny, 16 ans, fille mère, troisième d’une fratrie de 7 enfants, vivant avec son enfant de 17 mois chez ses parents, conversation du 16/01/2020, Sonsorobugu.

[11] Met traditionnel préparé à base farine de de mil ou de sorgho.

[12] Bijou, 16 ans, vit avec un enfant de 4 mois chez son père. Le père de l’enfant ne subvient pas aux besoins de l’enfant, conversation du 19/12/2019, Sonsorobugu.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.