Paroles de jeunes : rap de grin – le cas du quartier de Sonsorobugu à Mopti

Les grins et les jeunes

Nous pouvons définir le « grin » comme à la fois un espace physique où un certain nombre de personnes se rencontrent, et à la fois un espace social et symbolique. Des jeunes partageants des valeurs communes organisent des formes d’entraide, de liberté, de protection, de défense. Ainsi, les jeunes d’un « grin » se regroupent souvent en soirée, partagent un thé, échangent. Il arrive également qu’ils créent des chansons de rap, échangées ensuite dans le quartier. Le dynamisme de diffusion des chansons témoigne alors de la réputation et de l’influence d’un grin sur les autres.

Nous présentons ici le cas de grins qui se caractérisent par la solidarité des membres mais aussi par la danse et le flow, c’est-à-dire la chanson.

Les membres de ces groupes ont entre 18 et 21 ans, exerçant des activités diverses. Au B13, nous pouvons rencontrer des élèves, des soudeurs, un agent de sécurité, des tresseuses[1], alors qu’au Dragon City, ce sont des journaliers, des « pousses-poussiers[2] », des vendeurs de bananes, des bagagistes, des manœuvres de maçonnerie.

Chanson de rap : « Nouvelle force », titre de 2019, grin Dragon City

Ah, ah !!! Vous savez, les éléments de Dragon City se relèvent avec une nouvelle force ! Président M Flow, manager Lamine Jo, l’homme des hommes, président Marwane qui est le Jonki (Jonki peut se traduire par « dur ») ! 

Le Dragon City arrive,

Nous arrivons avec un bon son,

Nous arrivons avec un nouveau style,

Nous sommes venus pour convaincre le public,

Nous sommes venus pour convaincre les fans,

Les gens du quartier sont fatigués, les gens du quartier souffrent.

Les éléments du Dragon City,

Nous sommes en train de mettre le feu,

Nous sommes forts,

Si tu n’es pas dans le rap approche-toi de nous.

Pour le bon rap quand même nous avons créé ça !

Si c’est le meilleur groupe quand même nous avons créé tout cela !

Du bon rythme on n’en parle pas, nous avons créé cela !

Marwane, Bolby !

Petit colosse, Gezner (le Gezner est le nom d’une marque de tissu, le bazin, un tissu très cher et ciré),

Nelby, Hercule, l’homme à la machette, Boss Flow, One Khalifa (Nom d’un chanteur américain de rap, Wiz Khalifa).

Manager Lamine Jo, le vrai homme, l’expérimenté, le crève-cœur de l’ennemi, le président M Flow, Le fer, PDG Marwane !

Le rap comme moteur d’affirmation identitaire et instrument de rivalité

Selon MC[3] (Master of Ceremony, nom donné aux chanteurs de rap) du Dragon City, « le grin est composé de trois chanteurs, Marwane, Hercule, Usby, Tupac, le maire Swagar, et Ben Flow, les autres ne sont pas là. Chacun d’entre nous a un rôle à jouer dans le grin. Nous vivons dans l’entraide. Notre base c’est le couloir de la mosquée, notre chambre de jeunes et là où on s’assoit en face du terrain de football ».

Par ces mots, MC explique à la fois le sens des paroles de sa chanson et le travail de construction identitaire qu’il génère. La chanson présente les membres du grin (Marwane, Bolby, Petit colosse, etc.), témoignant donc de leur appartenance et les désignant par des caractéristiques valorisantes pour les jeunes.

Depuis l’espace du grin physique (la « base »), se construit un petit territoire, revendiqué par le son.

Pour Golby, l’un des jeunes du grin :

« Notre territoire c’est particulièrement K., mais cela n’empêche pas qu’on peut aller plus loin parfois. Les limites du B13 commencent à partir de la rue derrière le poste de police, ensuite le terrain de foot pour tourner derrière le BAR dans la rue de gauche pour venir directement ici jusqu’au niveau du pont en passant par l’école Fraternité. A mon avis derrière le pont n’en fait pas partie. C’est notre territoire parce que personne ne peut venir toucher à l’un de nos membres dans cette zone et on ne peut pas nous empêcher de faire ce qu’on veut dans le territoire »[4].

A Sonsorobugu, avant ces chansons, d’autres grins étaient plus influents. Aujourd’hui, grâce au rap et à la danse, Dragon City fait beaucoup parler de lui. Toujours pour MC :

« L’inspiration peut venir à tout moment et je n’ai pas besoin de l’écrire. Après inspiration, j’en parle à mes amis et on cotise pour aller au studio de JP Production à Sévaré. Une fois que le montage est fait, il nous transfère les chansons par Bluetooth et au retour dans le quartier on se charge de les envoyer aux fans »[5].

Le travail de création est donc soutenu financièrement. Les jeunes doivent cotiser jusqu’à 30 000 frc CFA, une somme importante : près de 45 euros, dans un pays où le salaire minimum mensuel atteint 40 000 frc CFA. La création d’une chanson, au-delà de l’aspect artistique est ainsi également une manière d’appuyer la force de cohésion, et de solidarité de ses membres, capables de lever une somme financière importante.

Les chansons sont diffusées dans le quartier et leur importance permet de jauger l’influence du groupe. Par manque de moyens, aucune chanson n’est mise sur internet. Elles sont donc très localisées, très liées à l’histoire du groupe et à celui de son petit territoire. Les jeunes écoutent et diffusent leurs propres chansons au bord de la route, tout en prenant le thé, et chaque passant peut alors également les écouter.

Au niveau des danseurs du B13, Dalama affirme que :

« Lorsqu’on kiffe une nouvelle chanson, on se réunit pour produire le style de danse qui correspond. Pour cela on utilise une application qui était sur mon téléphone pour couper et coller deux chansons de deux chanteurs différents afin d’en faire la chorégraphie. Si on ne parvient pas à faire cela on part dans le studio M3 à côté de nous. On a une fois fait une chorégraphie de 12 minutes mais généralement, c’est la partie du blocage[6] qui rallonge le temps. Au départ, nous étions réticents à la diffusion de nos vidéos »[7].

Dalama parle de réticence, car les jeunes du grin ont eu peur au début de se faire voler leurs chansons. C’est également pour cela qu’ils répètent leur nom de grin dans beaucoup de leur chanson, étendant également la notion de territoire à l’espace symbolique. Ils prennent ainsi place dans le quartier grâce au rap de leur grin.

Premier auteur et travail de terrain : Bakary Traoré, assistant de recherche

Deuxième auteur : Verena Richardier, docteure en sociologie, ENS de Lyon

Pour aller plus loin : le projet AFRINUM actuellement en cours vise à explorer au prisme des musiques populaires, ce que les sociétés ouest-africaines font du numérique en termes de transfert et production de savoirs, reconfigurations des rapports sociaux et médiations culturelles.


[1] Coiffeuse de tresses

[2] Les pousses-poussiers transportent généralement les courses des femmes au marché ou de l’eau en poussant une brouette artisanale appelée « pousse-pousse ».

[3] MC, 18 ans, chanteur du grin, vendeur de banane au Commerce de Mopti, conversation réalisée le 21/12/2019 dans l’une de leurs chambres de jeunes à Sonsorobugu, près de la mosquée.

[4] Golby, 2ème du grin B13, 21 ans, soudeur, entretien réalisé le 10/01/ 2020.

[5]MC, 18 ans, chanteur du grin, vendeur de banane au Commerce de Mopti, conversation réalisée le 21/12/2019 dans l’une de leurs chambres de jeunes à Sonsorobugu, près de la mosquée.

[6] Le blocage correspond au moment où un seul danseur occupe la scène pour une prestation sur un rythme cadencé.

[7] Entretien réalisé le 03/02/2020, à la base du B13


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.